Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"C'est un cauchemar" : contrôlée positive à l'EPO, une cycliste du Blanc clame son innocence

-
Par , France Bleu Berry

Marion Sicot est une cycliste professionnelle de 27 ans. Elle entraîne également à la section cyclisme du lycée Pasteur, au Blanc. Elle a été contrôlée positive à l'EPO. Mais la cycliste assure qu'elle ne s'est jamais dopée.

La cycliste Marion Sicot clame son innocence
La cycliste Marion Sicot clame son innocence - -

Le Blanc, Communauté de communes Brenne - Val de Creuse, France

"C'est pire qu'une claque, c'est un KO en boxe", réagit Marion Sicot. La cycliste indrienne clame son innocence après son contrôle positif à l'EPO. C'était le 27 juin dernier, lors des championnats de France de contre-la-montre. L'affaire a été révélée par nos confrères du journal L'Equipe. Marion Sicot finit dixième, dans un temps conforme à ses performances habituelles. "On est en train de salir tout ce que j'ai fait. On est en train de détruire ma vie", ajoute la cycliste professionnelle.

La crainte de perdre son emploi au Blanc

Marion Sicot est catégorique : elle ne s'est jamais dopée. "J'ai des valeurs : toujours persévérer, progresser étape par étape, ne jamais abandonner. Je ne pourrais m'être dopé et prendre des produits alors que j'inculque à des jeunes ces valeurs", insiste la cycliste. Car en-dehors de la compétition, Marion Sicot entraîne des jeunes de la section cyclisme du lycée Pasteur au Blanc. "J'ai failli perdre mon travail et je risque clairement encore de le perdre. Mes collègues me soutiennent, les élèves me soutiennent. Ma santé, ça ne va pas du tout : je ne dors plus la nuit et j'ai 9 de tension", ajoute-t-elle. Elle est en arrêt maladie pour 15 jours. 

En plus, Marion Sicot insiste sur sa situation financière. "Je n'ai rien à cacher : je gagne 600 euros par mois, il y a des mois difficiles. J'ai regardé, l'EPO ça coûte entre 300 et 400 euros. Comment j'aurais pu me payer ça ?", dit-elle.

Entraînée par Franck Alaphilippe pendant quelques mois mais pas d'amalgame !

La ligne de défense de Marion Sicot est claire : le jour du contrôle positif, elle avait ses règles, ce qui pourrait avoir faussé le test. Des explications jugées farfelues par certains médecins. Elle a donc demandé des analyses plus détaillées et notamment l'examen de l'échantillon B. Les résultats devraient être connus dans le courant de la semaine.

Marion Sicot a été entraînée par Franck Alaphilippe, le cousin de Julian Alaphilippe, de janvier à juillet 2019. Mais il ne faut faire aucun amalgame. "C'est une personne exceptionnelle. Il n'a rien à voir dans cette histoire. C'était un entraîneur à distance. Je ne veux pas que son nom soit sali également", insiste la cycliste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu