Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre : des terres agricoles ne seront pas vendues à une association tzigane

-
Par , France Bleu Berry

Le département de l'Indre et la chambre d'agriculture s'étaient mobilisés pour que le terrain de 260 hectares en Brenne garde une vocation agricole.

Les terres agricoles sont situées entre les communes du Blanc, de Bélâbre et de Ruffec.
Les terres agricoles sont situées entre les communes du Blanc, de Bélâbre et de Ruffec. - Capture d'écran Google Maps

Bélâbre, France

La Mission évangélique "Vie et lumière" abandonne son projet de rachat de terres agricoles dans l'Indre. L'association tzigane était en passe d'acheter une parcelle de 260 hectares, entre Bélâbre, Ruffec et Le Blanc. Mais le projet suscitait la défiance de certains élus locaux. Une contre-proposition d'agriculteurs, soutenus par le département, la chambre d'agriculture de l'Indre et des acteurs de la vie économique locale, avait été formulée.

Face à la polémique, l'association tzigane renonce donc à s'installer en Brenne, a appris France Bleu Berry, confirmant une information de nos confrères de La Nouvelle République. Une décision dont se félicite plusieurs élus locaux. Le propriétaire des terres, un investisseur danois, pourrait donc vendre son terrain à un groupe d'agriculteurs. Une offre de 1 700 000 euros hors-taxe a été formulée. Elle a été approuvée par la SAFER, en charge des dossiers des terres agricoles, mais la transaction n'est pas encore actée.

L'espoir de ces agriculteurs, c'est de pouvoir faciliter l'installation d'un jeune débutant dans la profession.