Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : 83 communes autour de la centrale de Chinon désormais concernées par le plan de protection

-
Par , France Bleu Touraine

Décidé en 2016, le nouveau PPI (plan particulier d'intervention) s'applique aux centrales nucléaires françaises. Celle de Chinon n'échappe pas aux nouvelles règles. 120.000 habitants et 83 communes sont désormais concernés. Les pastilles d'iode seront distribuées dès septembre.

La centrale de Chinon
La centrale de Chinon © Maxppp - Nicolas Kovarik

Décidée par le gouvernement en 2016, l’extension de 10 à 20 km du rayon du Plan particulier d’intervention (PPI) est entré en application le mardi 3 juin. Il a une incidence particulière pour les riverains des centrales nucléaires. Cette extension concerne 2,2 millions de personnes sur 1.063 communes. En Indre-et-Loire, on passe de 27 à 83 communes. Le nombre de personnes concernées est triplé, de 40.000 jusque là, à 120.000 dans le nouveau plan particulier d'intervention. Sur les 83 communes, 46 sont en Indre-et-Loire, 26 dans le Maine-et-Loire et 11 dans la Vienne. Les habitants vont recevoir une lettre pour se voir remettre des comprimés d'iode dans les pharmacies agréées. Ils vont être également destinataires de toutes les consignes, que ce soit le confinement chez soi ou les mesures d'évacuation. Et s'ils ne reçoivent pas de lettre, ils peuvent malgré tout aller en pharmacie muni d'un simple justificatif de domicile. 

Le retrait des pastilles d'iode possible à partir de septembre

La nouvelle campagne d'information démarre en ce début juin. La tâche est ardue pour la préfecture d'Indre-et-Loire pour mobiliser les populations. Lors de la campagne précédente, celle de 2016, les Tourangeaux n'avaient pas été très volontaires. Seuls 46% des habitants dans les 10 km du périmètre autour de la centrale de Chinon avaient récupéré leurs pastilles d'iode, seule une entreprise sur trois, et 14% des établissements scolaires ne s'étaient pas équipés.

A peine un Tourangeau sur deux concerné en 2016 avait retiré les pastilles d'iode 

Pour l'heure, la préfecture va engager la communication autour de cette nouvelle campagne, d'autant qu'elle va toucher de nouveaux riverains. "Cette campagne se poursuivra en septembre par l’envoi d’un second courrier nominatif, contenant un bon de retrait permettant aux personnes et établissements concernés d’aller retirer leurs comprimés d’iode dans une pharmacie participante" précise la préfecture.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess