Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Indre-et-Loire : après le discours de Macron, les gilets jaunes souhaitent durcir le mouvement

mardi 27 novembre 2018 à 19:03 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Les gilets jaunes de Loches ont suivi mardi le discours d'Emmaneul Macron. Selon eux, le chef de l'Etat n'écoute pas la colère du peuple, et ne propose aucune mesure concrète. Ils appellent à durcir les actions.

Illustration des gilets jaunes à l'écoute du discour d'Emmanuel Macron
Illustration des gilets jaunes à l'écoute du discour d'Emmanuel Macron © Maxppp - Jean-François Frey/L'Alsace/Maxppp

Indre-et-Loire, France

Après deux week-ends de mobilisation des gilets jaunes le discours d'Emmanuel Macron, qui s'exprimait ce mardi à l'Élysée, était attendu. Finalement, le chef de l'Etat  a expliqué qu'il _"ne changera pas d'avis"concernant la hausse des taxes sur le prix des carburants. "Je sais qu'on attend de moi un renoncement", a-t-il déclaré, "mais on ne peut pas être le lundi pour l’environnement et le mardi contre l’augmentation des prix du carburant". "L'utilisation massive du pétrole a des conséquences dramatiques pour notre pays", a-t-il ajouté. Il a parlé du nucléaire, des énergies renouvelables, et proposé, pour répondre à la colère des gilets jaunes, que la fiscalité des carburants soit adaptée aux fluctuations des prix du marché à l'avenir. Pour faire coïncider le "problème des fins de mois" avec celui "de la fin du monde", l'Élysée a annoncé le lancement d'une "grande concertation de terrain" sur ce thème, censée durer trois mois. Elle devra associer associations, élus et "représentants des gilets jaunes"_. 

Je me suis arrêté avant la fin car je savais bien que c'était du blabla pour endormir le peuple 

Ce discours était très écouté sur les lieux de rassemblement des gilets jaunes. Il a attisé à nouveau la colère par l'absence d'annonces sur le pouvoir d'achat. Emmanuel Macron a eu beau dire qu'il entendait la colère des gilets jaunes, il n'empêche qu'après ce discours, les gilets jaunes en Indre-et-Loire annoncent tous le durcissement du mouvement. Ainsi au rond-point de Renault à Loches où les gilets jaunes ont installé leur QG, l'ambiance était morose mardi après-midi après ce discours présidentiel. Certains, qui l'ont écouté refusent tout net d'en parler au micro de peur de trop se lâcher. Ceux qui acceptent essaient de prendre sur eux comme Jacques. Il m'a pas fallu 2 mins pour comprendre qu'il était dans son petit truc. Il est dans sa bulle et les gens, il s'en fiche. On le savait.  Le problème c'est qu'on doit encore attendre 3 ans et demi. Fabien, 28 ans, est plus dur : Moi je n'écoute pas les menteurs et les gens qui ne me respectent pas.    

Si on regarde en Grèce, en Espagne, en Italie, il a fallu des révoltes car le pouvoir en place n'écoute jamais le peuple.

Après ce discours, les gilets jaunes annoncent un durcissement du mouvement parce qu'il ne nous laisse pas le choix. L'une des gilets jaunes présente au rond-point réagissait de la sorte avec beaucoup de colère contenur :  "_Macron dit qu'il ne change pas de cap, et bien nous non plus et advienne que pourr_a". Sandrine, elle, est mobilisée depuis le premier jour. Pour elle ce n'était que du bla-bla. Macron n'écoute pas le peuple français. Moi mon frigo ne va pas se remplir tout seul en 3 mois.