Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre-et-Loire : élan de solidarité autour de la famille d'un viticulteur décédé

-
Par , France Bleu Touraine

Viticulteur à Saint-Ouen-Les-Vignes, près d'Amboise, Vincent Hérivault est décédé accidentellement le 1er septembre. Ses proches, aidés de bénévoles, ont assuré les vendanges, trois semaines après sa mort. Ils commercialisent maintenant une "cuvée Hommage" pour aider à la survie du domaine.

Vincent Hérivault exploitait 10 hectares à St-Ouen-les-Vignes
Vincent Hérivault exploitait 10 hectares à St-Ouen-les-Vignes © Radio France - ©Boris Compain

Indre-et-Loire - France

Un élan de solidarité exemplaire pour rendre hommage à un viticulteur de Saint-Ouen-les-Vignes, près d'Amboise, à l'Est de l'Indre-et-Loire. Vincent Hérivault est décédé le premier septembre dernier, à 49 ans, d'une réaction allergique suite à une piqûre de guêpe. Pour faire perdurer son exploitation de 10 hectares, sa femme, ses deux enfants et ses amis ont décidé de pré-vendre, sur internet, 8 000 bouteilles, réalisées à partir des dernières vendanges qu'il a effectuées, en 2018. Des pré-commandes destinées à financer la mise en bouteille de cette cuvée "Hommage", dont la famille ne pouvait pas assumer le coût.

Des bénévoles ont assuré les vendanges, trois semaines après le décès du viticulteur

Pour que l'exploitation de Vincent Hérivault ne disparaisse pas avec lui, plus de 120 personnes se sont déjà mobilisées, bénévolement, autour du 20 septembre, pour vendanger sa récolte, 3 semaines après sa mort. Un geste qui a beaucoup touché la veuve du viticulteur, Marie-Anne : "_Il y avait tous ses amis, des gens qui avaient entendu parler de ça, des personnes formidables, des gens des restos du coeur, le prêtre, le Père Nathanaël. C'était merveilleux_. Il y avait un beau soleil et c'est vrai que...je pense que les gens pensaient à nous. Ca fait chaud au coeur". 

Stéphane Chouteau était l'ami de Vincent depuis 20 ans, et lui non plus n'oubliera pas ces vendanges : "Il avait beaucoup d'amis qui l'appréciaient énormément et le fait de disparaître comme ça a été un choc pour nous tous. On s'est donc dit qu'on allait prendre la suite pour Marie-Anne et ses enfants. Il y avait beaucoup de gens qui n'avaient jamais vendangé, donc on leur a montré, au tout début, et on a bien avancé. L'ambiance était détendue. Je n'ai pas été surpris qu'il y ait autant de monde. Il y a même eu des marcheurs qui passaient, qui avaient deux heures à donner et qui ont participé aux vendanges alors qu'ils ne connaissaient ni Vincent ni Marie-Anne. Ca montre qu'il reste de la solidarité dans ce monde".

Une partie du raisin des vendanges du mois dernier a été confiée à une coopérative. En revanche, les raisins du Cépage préféré de Vincent, les Cots, ont été gardés pour être mis en bouteille l'an prochain. Des proches apportent une aide précieuse à Marie-Anne, qui n'est pas du métier. L'avenir de l'exploitation est tout de même en suspens, même si un des fils collégien du couple rêve de devenir vigneron dans quelques années : "On est en réflexion car c'est vraiment très très dur. Moi, j'ai un travail. J'ai un fils de 20 ans à Paris, un autre au collège, ce n'est pas facile. Dans l'urgence, on a fait les vendanges, là il y a beaucoup de papiers à régler. C'est un peu l'enfer, avec en plus un manque affectif terrible".

Les bouteilles de la cuvée "hommage" sont en vente sur ce site. Elles seront livrées au mois de décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu