Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre-et-Loire : le BTP aménage les horaires de travail pour résister à la chaleur

-
Par , France Bleu Touraine

En Indre-et-Loire, les fortes chaleurs de cette semaine n'épargnent pas ceux qui travaillent dans le BTP. La Fédération du bâtiment demande aux entreprises de faire venir leurs employés plus tôt afin qu'ils ne terminent pas dans l'après-midi, quand le soleil tape le plus fort. Dont acte.

Les travailleurs du bâtiment commencent leur journée environ 1 heure avant pour ne pas avoir à travailler en plein après-midi.
Les travailleurs du bâtiment commencent leur journée environ 1 heure avant pour ne pas avoir à travailler en plein après-midi. © Radio France - Yvan Plantey

Indre-et-Loire, France

Avec de telles chaleurs cette semaine, certains Tourangeaux ont peut-être été tenté de quitter le travail plus tôt. Comme nous le rappelions dans cet article, seul un danger grave qui menace votre vie ou votre santé peut vous permettre d'exercer votre droit de retrait. Cette situation est donc assez rare.

Quand j'ai regardé le thermomètre vers 11h, il faisait déjà 34 degrés - Antoine, ouvrier dans le BTP 

Mais ce cas de figure est peut-être plus fréquent dans le secteur du BTP. Cela concerne plus de 12 000 travailleurs en Touraine. En réaction à la canicule, les entreprises tourangelles ont adapté les heures de travail à la demande de la Fédération du bâtiment. Au lieu d'embaucher vers 7h30, les salariés viennent à 6h et donc débauchent plus tôt, vers 15h.

"À 11h, j'avais déjà bu deux litres d'eau"

Sur la place Saint-Éloi de Tours, Antoine et ses collègues ont embauché 1h30 en avance pour contrer la canicule. Mais, une fois exposés au  soleil, la chaleur les rattrape rapidement : " On ressent déjà la chaleur _à 11h, j'avais déjà bu deux litres d'eau_, ça commence à faire beaucoup ! Quand j'ai regardé le thermomètre vers 11h, il faisait déjà 34 degrés ". Pour éviter de se fatiguer trop vite ou de faire un malaise, Antoine se débrouille comme il peut : " On se relaie quand on pioche sinon on fatigue et ça coule vite. "

Dans la rue du Général Renault, les ouvriers posent un enrobé bitumineux chaud, ce qui s'ajoute à la canicule. - Radio France
Dans la rue du Général Renault, les ouvriers posent un enrobé bitumineux chaud, ce qui s'ajoute à la canicule. © Radio France - Yvan Plantey

Pour ne rien arranger à la canicule : la tenue des travailleurs dans le BTP. Cet équipement lourd tient très chaud, selon Guillaume Barreau, chef de chantier à Tours. " Les shorts sont interdits. On met un maximum de couvertures et en plus il faut un baudrier, un casque. C'est malheureux mais on n'a pas le choix. " Mais certains comme Pascal s'arrangent parfois avec la sécurité. Mais même torse nu, les gouttes de sueur perlent sur son visage et ses bras. " _Le baudrier, c'est sympa mais ça attire les pucerons et les moucherons_, après on est rempli d'insectes. Et donc on fait des pauses toutes les cinq minutes et on n'avance pas. "

De son côté, la Fédération du bâtiment rappelle l’obligation, pour les entreprises, de mettre au moins trois litres d’eau par jour et par personne, à la disposition des ouvriers.