Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Les 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire

Indre-et-Loire : le voyage d'une pierre de Tuffeau pour fêter le début de la construction du château de Chambord

-
Par , France Bleu Touraine

Il y a 500 ans, la construction du château de Chambord débutait sous la férule de François 1er. Pour célébrer cela, le domaine national du château fait revivre le transport d'une pierre de Tuffeau, dont est principalement composé le château. Un transport en bateau qui se fait depuis Tours.

La pierre de Tuffeau qui a été transportée de Tours au château de Chambord en bateau.
La pierre de Tuffeau qui a été transportée de Tours au château de Chambord en bateau. © Radio France - Yvan Plantey

Indre-et-Loire, France

Ils remontent la Loire vers Chambord avec une pierre de Tuffeau pour fêter les 500 ans du début de la construction de ce château, le 6 septembre 1519. Ou plutôt la nomination par François 1er, du surintendant François de Pontbriand qui en avait la charge. Le château de Chambord est principalement construit avec de la pierre de Tuffeau.

Pour célébrer le début des travaux, le domaine national de Chambord recrée le trajet des pierres qui arrivaient à Chambord en bateau... ou plutôt le trajet d'une pierre ! Dessus il est gravé : " Chambord 1519-2019 ", et à l'intérieur des capsules temporelles seront scellées. Elle sera transportée par trois petits bateaux. Il n'y a donc rien de comparable avec les vrais chargements de l'époque, selon Sam, l'un des mariniers en charge. " À l'époque, ils avaient deux types de bateaux : des petits chalands qui chargent 30 tonnes et des plus grands que l'on voit dans les archives. Ils devaient charger entre 60 et 70 tonnes. Bon le nôtre est beaucoup plus petit, mais bon, le symbole est là. "

Des capsules temporelles sont déposées dans cette pierre. - Radio France
Des capsules temporelles sont déposées dans cette pierre. © Radio France - Yvan Plantey

Autre symbole, cette fois-ci plus d'actualité : le faible niveau de la Loire qui a bloqué les bateaux sous le pont Wilson à Tours. Les mariniers ont dû aller dans l'eau pour les pousser. Une chose qui ne serait jamais arrivée à l'époque. " Ils ne passaient pas l'été mais plutôt quand la Loire était plus haute : en hiver et au printemps. Ils appelaient ça la Loire marchande, c'est-à-dire qu'elle était suffisamment haute pour que les bateaux chargés puissent naviguer. "

La pierre de Tuffeau du château venait d'Indre-et-Loire

Des bateaux chargés d'une pierre de Tuffeau qui venait directement de Touraine selon Virginie Berdal, chargée de recherche pour le château de Chambord. " C'est la pierre de Bourré, située pas loin de Montrichard. Pour la notre, on n'a pas pu se fournir là-bas mais on a eu de la pierre qui provient d'une des carrières qui servent encore aujourd'hui pour la rénovation du monument. " D'après elle, elle va servir puisqu'elle va remplacer une pierre déjà bien abîmée du château de Chambord.

C'est le 6 septembre 1519 que François 1er a nommé le surintendant François de Pontbriand pour construire le château de Chambord. - Radio France
C'est le 6 septembre 1519 que François 1er a nommé le surintendant François de Pontbriand pour construire le château de Chambord. © Radio France - Yvan Plantey

Les bateaux sont arrivés ce mardi après-midi à Amboise. La fin du parcours est prévue pour ce vendredi à 19h au château de Chambord, avec un concert, un spectacle et, vers, 22h45, un feu d'artifice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu