Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : les deux hélicoptères de la section aérienne de la gendarmerie resteront bien à Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin confirme que les deux hélicoptères de la gendarmerie resteront bien stationnés en Touraine. Une bonne nouvelle pour le président du conseil départemental dont la collectivité avait été la seule à mettre la main à la poche pour le maintien des hélicoptères.

Hélicoptère de la gendarmerie
Hélicoptère de la gendarmerie © Radio France - Céline Guétaz

Gérald Darmanin le ministre de l'Intérieur confirme dans un courrier au député LREM de Tours Philippe Chalumeau que les deux hélicoptères de la section aérienne de la gendarmerie resteront bien stationnés à l'aéroport de Tours Parçay-Meslay. 

La section aérienne de la gendarmerie envisageait de quitter les lieux pour aller à Rennes ou Nantes face à la difficulté de financer les travaux à la suite du départ de l'école de chasse et le passage au civil.

Quand c'est une question vitale pour un territoire, il n'y a pas à hésiter - Jean-Gérard Paumier

Pour le président du conseil départemental c'est une bonne nouvelle, Jean -Gérard Paumier avait dû faire voter une enveloppe de un million d'euros pour le maintien sur le territoire des deux hélicoptères qui sont très utiles notamment lors de recherches ou de surveillances par exemple. Jean-Gérard Paumier se félicite de cette décision. "Ce que je regrette c'est que ni la région ni la métropole de Tours n'ont mis un euro dans cette affaire mais selon les élus du département, pour la sécurité cela n'avait pas de prix d'autant qu'il y a le GIGN à Joué-lès-Tours et 60 gendarmes. Chacun sait que l'Etat aujourd'hui va vers les collectivités en leur demandant de mettre la main à la poche. Mais quand c'est une question vitale pour un territoire, il n'y a pas à hésiter".

De son côté l'Etat s'est engagé à financer certains gros travaux sur place.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess