Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre-et-Loire : les gendarmes, pompiers et ambulanciers réunis dans un exercice de déraillement de train

-
Par , France Bleu Touraine

Un exercice grandeur nature se déroule ce lundi soir dans le département. Il simule un déraillement de train pour tester la coordination des ambulanciers, pompiers et gendarmes quand ils sont amenés à gérer une telle situation. 300 personnes y participent.

Au total, 300 personnes ont été dépêchées pour participer à cet exercice, dont 120 étudiants en école d'infirmier pour jouer les fausses victimes.
Au total, 300 personnes ont été dépêchées pour participer à cet exercice, dont 120 étudiants en école d'infirmier pour jouer les fausses victimes. © Radio France - Aurore Richard

Indre-et-Loire, France

Un exercice NOVI (nombreuses victimes) est testé par les gendarmes, pompiers et ambulanciers, ce lundi soir, dans un lieu tenu confidentiel. Une opération qui commence vers 23h45 et qui se termine aux alentours de 4h du matin. Au total, 300 personnes ont été dépêchées pour participer à cet exercice, dont 120 étudiants en école d'infirmier pour jouer les fausses victimes. Mais des vrais gendarmes, pompiers ou ambulanciers seront présents. L'objectif de cet exercice étant de tester la coordination de tous ces services lors d'un accident de grande ampleur.

C'est la première fois que l'exercice est réalisé sur la ligne LGV Paris-Bordeaux. La SNCF prête, par ailleurs, un train pour l'exercice. Cela doit durer un peu plus de 4 heures et dans des conditions difficiles : dans un tunnel, de nuit, sous la pluie, et même avec un peu brouillard. Tout est fait, donc, pour tester le travail d'équipe des différents services. 

Pour cet exercice, le système SINUS est mis en place. Il permet d'accrocher un bracelet au poignet des victimes dont la couleur varie selon la gravité de la blessure. Il est scanné à chaque fois que la personne se rend dans un service : au CHU, ou dans l'hôpital de campagne, en cas de petite blessure. L'idée étant d'avoir un suivi de l'hospitalisation de chaque personne, ce qui est précieux quand il y a de nombreuses victimes qui sont ensuite envoyées dans différents hôpitaux.

Un bracelet très utile, donc pour les médecins qui savent en un coup d’œil les soins que la personne a reçus, ou non. Mais pas uniquement puisque le parquet se sert aussi de ces fichiers pour identifier les victimes dans le cadre de l'enquête judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu