Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déjà confinée en Chine, Béatrice Raimbault est désormais confinée en Touraine

-
Par , France Bleu Touraine

Elle avait été confinée une semaine en Chine, et deux semaines à Carry-le-Rouet. Béatrice Raimbault est à nouveau cloîtrée, cette fois chez elle à Fondettes, près de Tours. Elle boucle sa cinquième semaine de confinement. Son mari est encore à Wuhan, confiné jusqu'au 8 avril.

Béatrice Raimbault était du rapatriement de 180 français de Wuhan le 30 janvier
Béatrice Raimbault était du rapatriement de 180 français de Wuhan le 30 janvier © Maxppp - F. Frédéric Speich

Béatrice Raimbault a vécu avant tout le monde le confinement. Cette Fondettoise était à Wuhan, quand le 23 janvier, la Chine a décrétée le confinement totale. Une semaine plus tard, le 30 janvier, elle était dans l'avion affrété par la France pour rapatrier les français de la province qui le souhaitaient. Elle a ensuite enchaîné deux semaines à Carry-le-Rouet, près de Marseille, à l'isolement dans un centre de vacances. Elle est revenue le 16 février à Fondettes, pour finalement entendre Emmanuel Macron annoncer le confinement le 17 mars. Elle est donc aujourd'hui l'une des plus longues confinée de France.

"Je le vis plutôt bien. Je ne suis pas à plaindre. J'ai une maison et un jardin. Ma fille, étudiante à Lyon, est venue me rejoindre juste avant le confinement" explique-t-elle. Après plusieurs années en Chine, elle a adopté cette philosophie qui est de respecter strictement les consignes. "Je reste chez moi. J'ai seulement fait les courses une fois en quinze jours, par drive".

C'est comme ça, ça ne sert à rien de se morfondre. Béatrice Raimbault 

Son mari est resté à Wuhan. Il n'a pas souhaité être rapatrié. Très vite, le confinement a été très strict. Il n'avait pas le droit de sortir, même pour faire les courses. Des "volontaires", aux entrées des immeubles, interdisent la moindre sortie. Les courses sont livrés aux pieds des habitations. Il a pu aller lundi pour la première fois dans son usine grâce à une autorisation de sortie exceptionnelle, lui qui est directeur de la filiale chinoise d'une entreprise de fournitures pour automobiles. La province demande maintenant des garanties sur la remise en route de l'usine, sur les modes de décontamination engagés, sur la sécurité des salariés. Le mari de Béatrice Raimbault est donc encore confiné "jusqu'au 8 avril, date à laquelle les magasins pourront rouvrir, où les gens pourront se déplacer normalement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu