Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre-et-Loire : trois premières zones blanches vont bientôt être desservies par la téléphonie mobile

jeudi 28 juin 2018 à 18:25 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Cheillé, Chemillé-sur-Dême et Saint-Epain figurent sur la liste des 485 premières communes françaises qui vont bientôt pouvoir sortir du désert téléphonique dans lequel elles se trouvent jusqu'ici. Les opérateurs s'engagent à y installer des pylônes de couverture mobile le plus vite possible.

Aucun opérateur ne passe dans le Vieux Bourg de Cheillé
Aucun opérateur ne passe dans le Vieux Bourg de Cheillé © Radio France - Annabelle Wanecque

Cheillé, France

Le gouvernement se donne deux ans pour en finir avec les zones blanches, ces endroits où aucun appel ne passe quel que soit l'opérateur ! Alors est-ce un voeu pieu ? Dans le département en tout cas, trois communes devraient être les premières servies si l'on en croit le point d'étape sur le plan très haut débit présenté ce mercredi par le secrétaire d'Etat à la cohésion du territoire Julien Denormandie. Ces trois communes, ce sont Saint-Epain, Chemillé-sur-Dême et Cheillé. 482 autres sont concernées en France. Le gouvernement a obtenu l'engagement des quatre opérateurs traditionnels pour qu'ils installent des pylônes dans ces communes jusqu'ici non couvertes par la téléphonie mobile.  

Si on a l'école mais qu'on n'a pas le téléphone mobile, c'est un handicap" - Jean-Serge Hurtevent, le maire de Cheillé

A Cheillé par exemple, commune de 1800 habitants, c'est surtout dans le Vieux Bourg et les hameaux alentour que la nouvelle était très attendue, car c'est là qu'on ne capte pas du tout. Une nouvelle tellement attendue que le maire la compare même à l'arrivée de l'eau potable dans les années 50 ! Jean-Serge Hurtevent a déjà prévu le site où devrait s'installer le futur pylône. Car pour lui, il en va de l'avenir de sa commune. "C'est stratégique effectivement dans la mesure où il faut faire vivre le village et le développer. Aujourd'hui les habitants ont leur emploi certes, mais ils ont aussi en tête tous les services que peut leur apporter une commune". 

Le maire de Cheillé espère le très haut débit d'ici 2021

Pierre Badillier en sait quelque chose et c'est pour ça qu'il a pris les devants. Ce viticulteur a passé beaucoup de temps pour installer un boitier tout en haut de sa grange qui lui permet pourtant seulement de passer des appels. C'est donc encore très compliqué de le joindre. "Si on veut qu'un client nous contacte, on lui dit d'appeler sur le fixe. Mais si on est dans les vignes, il faut qu'il puisse nous appeler sur le portable et ça ne passe pas. Du coup il essaye de nous appeler, il y arrive pas, il se dit que c'est fermé et il repart ! C'est une perte de vente importante". Pierre Badillier a aussi installé une antenne sur son toit pour lui permettre d'avoir une connexion internet correcte. La deuxième étape d'ailleurs, après l'installation du pylône sans doute d'ici la fin de l'année prochaine, c'est l'arrivée du très haut débit. Le maire de Cheillé l'espère d'ici 2021.

Cheillé fait donc partie des 485 premières zones blanches à être bientôt couvertes par la téléphonie mobile. Dans un deuxième temps, le gouvernement et les collectivités devront identifier entre 600 et 700 nouveaux sites chaque année, et demander ensuite aux opérateurs de les couvrir.