Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : un numéro pour faciliter le dépôt de plainte aux femmes victimes de violences conjugales

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Une convention a été signée ce lundi 10 février pour mettre en place un numéro de téléphone disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 au CHRU de Tours pour mettre directement en lien les femmes victimes de violences conjugales et les gendarmes ou les policiers.

Téléphone illustration
Téléphone illustration © Radio France - Florence Gotschaux

Une convention a été signée lundi 10 février entre le CHRU, la Directeur central de la Sécurité publique de la police d'Indre-et-Loire, le colonel de la gendarmerie d'Indre-et-Loire et la préfecture d'Indre-et-Loire pour mettre en place une ligne téléphonique dédiée qui permet aux victimes de violences conjugales hospitalisées de pouvoir prendre un rendez-vous pour le recueil de la plainte. 

Un lien direct, disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour mieux prendre en charge les victimes selon Jacques-Edouard Andrault vice-procureur au tribunal judiciaire de Tours, plus spécialement chargé de affaires de mineurs et de violences conjugales. "C'est un outil supplémentaire pour faire en sorte qu'il y ait un maillage plus dense et faire en sorte que quand la femme victime de violences quitte l'hôpital, elle sait où elle va ensuite. Elle sait si elle doit aller dans un service de police ou de gendarmerie. Elle sait si elle doit aller dans un institut médicaux légal ou pas. L'idée c'est de resserrer les liens entre les divers services de police, de gendarmerie, d'hôpital qui sont tous amenés à recevoir une femme victime de violences conjugales", détaille-t-il. 

Selon Jacques-Edouard Andrault, le Grenelle sur les violences conjugales a déjà permis un renforcement de la formation des agents de police ou de gendarmerie qui sont chargés du recueil des plaintes. Il explique que le temps pour avoir un rendez-vous sera variable en fonction de l'urgence de la situation "On peut distinguer deux hypothèses : les femmes qui viennent d'être frappées, de subir des violences très graves et qui appellent une réponse judiciaire immédiate ; Et le cas des femmes qui, elles, en revanche, sont déliées de leur compagnon violent depuis de nombreuses années, qui ont mis de nombreuses années à signaler les faits, dans ce cas il faudra attendre quelques jours avant d'avoir un rendez-vous."

125 auteurs de violences conjugales présentés à un juge en 2019

Ce dispositif était très attendu du côté du CHU de Tours selon Caroline Lefranc, la directrice adjointe. "Parfois les personnes sous le coup de l'émotion n'osent pas, une fois sorties de l'hôpital, aller vers les services de police. Là étant donné que l'ensemble du processus est intégré et que le rendez-vous est pris avec le personnel de santé, c'est plus facile de continuer la prise en charge. Il y a un lien qui se crée et c'est comme une sorte de continuité, une chaîne qui permet de s'instaurer et qui facilite la prise en charge", espère-t-elle. 

Le parquet de Tours a intensifié sa politique pénale en matière de violences conjugales. Il y a eu en 2019, 125 présentations d'auteurs de violences conjugales soit en comparution immédiate, soit en convocation par procès verbal avec contrôle judiciaire et par exemple une interdiction d'entrer en relation avec la victime ou ses enfants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess