Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La brigade sanitaire se prépare en cas d'arrivée d'un cluster en Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Les 45 membres de la brigade sanitaire gérée par la caisse primaire d'assurance maladie ont pour mission depuis le 11 mai de contacter les malades du Covid-19 et d'isoler les "cas contacts". Depuis sa mise en place, elle contacte de plus en plus de personnes.

Un kit de dépistage du coronavirus (illustration)
Un kit de dépistage du coronavirus (illustration) © Radio France - Emmanuel Claverie

Elle est entrée en piste le 11 mai dernier, la brigade sanitaire d'Indre-et-Loire a pour mission de "casser les chaînes de contamination" du covid-19. Encadrée par l'Assurance maladie, cette brigade est composée de 45 membres, majoritairement des employés de la CPAM, qui depuis 10 jours tentent d'isoler les "cas contacts". 

Carine Mathat est sous-Directrice à la Gestion du Risque à la CPAM d'Indre-et-Loire. Selon elle, la brigade doit gérer de plus en plus de cas. "C'est en train de monter tout doucement en charge, on a un peu plus de déclaration. Les médecins nous déclarent les patients qui ont un coronavirus et c'est à partir de ces informations que nous déclenchons des appels. C'est une enquête sanitaire, on appelle chaque personne en fonction de ces éléments remontés par les médecins" détaille-t-elle. Il y a eu par exemple plus d'une vingtaine d'appels pour la journée de lundi 18 mai, "à la fois des gens qui ont un coronavirus et qu'on rappelle pour faire le recensement et des gens qu'ils nous ont indiqué et que l'on contacte pour les amener à se faire dépister" raconte Carine Mathat.

Des contacts avec la CPAM du Loiret

Depuis l'annonce du cluster dans le Loiret à l'abattoir de Fleury-les-aubrais, la CPAM d'Indre-et-Loire se prépare d'autant plus une situation similaire dans notre département. "Le Loiret est juste à côté, nous avons des contacts réguliers avec nos collègues de cette caisse primaire pour qu'ils nous fassent des retours d'expériences et pour que nous aussi on soit prêt si jamais nous devons être concernés", explique Carine Mathat.

"Dès que nous avons une interrogation ou une suspicion, une situation qui nous paraît probable, on signale très vite à l'ARS et on travaille ensemble derrière pour mettre en place à la fois les prises de contacts et puis si l'ARS nous confirme qu'il s'agit d'un cluster, c'est elle qui prendra en charge les dépistages collectifs" selon la sous-directrice à la gestion du risque à la CPAM d'Indre-et-Loire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess