Société

La mairie de Vatan part en guerre contre les pigeons

Par Mathilde Choin, France Bleu Berry lundi 12 décembre 2016 à 10:03

 Les chasseurs abattent en moyenne une cinquantaine de pigeons par battues.
Les chasseurs abattent en moyenne une cinquantaine de pigeons par battues. © Radio France - Mathilde Choin

Toitures et maisons endommagées : les dégâts causés par les pigeons sont nombreux dans le centre-ville de Vatan (Indre). Pour réguler leur population, estimée à plus de 2 000 oiseaux, la mairie a lancé une opération de traque début novembre.

La mairie de Vatan dans l'Indre déclare la guerre aux pigeons. Tous les samedis matins depuis début novembre, une dizaine de chasseurs de la société de chasse de Vatan se regroupent autour d'un des silos de la commune pour tirer sur ces oiseaux devenus trop envahissants.

Car c'est un véritable fléau : le centre-ville de Vatan est envahi par les oiseaux. Ils sont partout : dans les nombreuses maisons abandonnées, dans les greniers, les gouttières, sur les trottoirs et sur le toit de l'église. Magalie, une des habitantes, est exaspérée : "Les jouets des enfants sont abîmés, sont salis, ça pue. C'est une horreur !"

On ne peut pas mettre de linge à sécher dehors parce qu'on a toujours des saletés de pigeons dessus", Magalie, une habitante de Vatan

Tuer des pigeons, la mesure peut paraître radicale mais pour Etienne Huido, adjoint au maire de Vatan, c'était devenu indispensable en matière de santé publique : "Les fientes de pigeons sont connues pour être dangereuses. On a même constaté que certains pigeons ont été empoisonnés par des propriétaires. Du coup, on est obligés de prendre des mesures un peu radicales mais aujourd'hui, il faut réussir à cohabiter avec les pigeons."

La commune de Vatan est envahie par les pigeons. - Radio France
La commune de Vatan est envahie par les pigeons. © Radio France - Mathilde Choin

Ce samedi, les chasseurs organisaient leur cinquième battue de l'année. Fusil à l'épaule, pendant plus de trois heures, onze chasseurs traquent les pigeons. Depuis le début de l'opération en novembre, les chasseurs ont abattu plus de 200 pigeons. "On est pas là pour détruire, on ne fait que de la régulation, il ne faut pas l'oublier. On arrêtera nos tirs, quand le cheptel sera diminué", précise François Baudet, le président des chasseurs de Vatan.

Il reste désormais deux samedis matin de traque. La mairie et les chasseurs de Vatan feront un point ensemble au mois de février pour voir s'ils continuent ou non l'opération. La municipalité envisage d'installer plusieurs pigeonniers après la fin des battues.

Le reportage de Mathilde Choin