Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre : les difficultés des clubs sportifs à trouver des licenciés et des bénévoles

-
Par , France Bleu Berry

Les clubs sportifs ont de plus en plus de mal à trouver des joueurs tout au long de l'année. C'est particulièrement vrai dans les communes rurales. Certains sont donc obligés de fusionner pour ne pas disparaître.

Sur certains terrains de football, les joueurs ne se bousculent pas (photo d'illustration)
Sur certains terrains de football, les joueurs ne se bousculent pas (photo d'illustration) © Maxppp - BJOERN ALLEMANN/KEYSTONE

Bélâbre, France

C'est une période charnière qui s'annonce pour les clubs sportifs : séduire de nouveaux licenciés et de nouveaux bénévoles. D'année en année, la mission est de plus en plus ardue. Et les difficultés sont encore plus visibles pour les clubs dans les communes rurales. La Société Sportive de Bélâbre, par exemple, va fêter les 100 ans de son existence en 2020. Un anniversaire dans un contexte tendu. "Les jeunes sont égoïstes. Ils signent une licence mais ne s'engagent plus pour une saison entière. Et ils s'en fichent", regrette Francis Pain, le président du club de football.

Si on n'a pas le choix, il faudra mettre la clé sous la porte"

Fusionner pour éviter la disparition pure et simple

En signe de désespoir, la Société Sportive de Bélâbre a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour trouver de nouveaux joueurs. "En ce moment, on est 14, on va repartir pour une saison mais il nous faut des joueurs en plus. Il nous faut notamment un gardien", explique Francis Pain. Depuis le mois de mai, il se démène avec les autres bénévoles pour attirer les joueurs. "On va faire un geste fort : les licences seront gratuites. Et on va indemniser les déplacements de nos joueurs qui viennent de loin", assure le président du club de Bélâbre.

Mais cette recherche est usante. "On y pense jour et nuit parce qu'il y a la crainte qu'on n'y arrive pas. Ça ferait mal au cœur si le club fermait. Psychologiquement, c'est difficile à vivre", témoigne Francis Pain.

L'une des solutions est de se rassembler. C'est le choix fait par les clubs de Mézières-en-Brenne, Martizay et Tournon-Saint-Martin. Il ne reste plus qu'un seul et même club. "Bien sûr que l'union fait la force !", s'exclame Christian Sauvestre, membre de ce nouveau club. "Quand on voit des clubs ruraux qui s'appauvrissent, la seule solution est de s'aider et de mettre en place des conditions d'accueil dignes", poursuit-il. L'initiative est un succès : le club a doublé son nombre de licenciés et un service de cars permet aux licenciés d'être amené sur les terrains d'entraînement.