Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre : qu'est devenu le mouvement des Gilets Jaunes, deux ans après ?

-
Par , France Bleu Berry

Le samedi 17 novembre 2018 marque la première manifestation parisienne du mouvement de contestation sociale. Rencontre avec deux Gilets Jaunes pour faire le point, deux ans après le début de la mobilisation.

Les gilets jaunes manifestent à Paris le 9 mars 2019 pour leur acte XVII.
Les gilets jaunes manifestent à Paris le 9 mars 2019 pour leur acte XVII. © Radio France - Faustine Mauerhan

Hausse des prix du carburant, pouvoir d'achat en baisse, déconnexion des élites ... Des dizaines de milliers de personnes s'étaient mobilisées partout en France pour protester contre leurs conditions de vie. Carole et Damien en ont fait partie. Ils ont manifesté, des ronds-point de Châteauroux et du Poinçonnet aux Champs-Elysées parisiens.

Carole a porté le gilet jaune dans une demi-douzaine de manifestation parisiennes avec conviction, mais cette époque est révolue. "Gilet Jaune ? Je le suis toujours. Mais pas sous la même forme. Parce que la fatigue faisant, ça fait tout de même deux ans qu'on traîne le mouvement. On a pris des coups psychologiques, des coups physiques", affirme-t-elle. 

Du jaune, au rouge et bleu

Dans les cortèges, elle rencontre des gens. Mais aussi des idées. "Ça a été un tremplin citoyen. Je me suis intéressée à la chose politique.", acquiesce-t-elle. Alors la quadragénaire se met à voter, ce qu'elle n'avait fait qu'une fois auparavant. Et s'engage même en politique. Carole milite désormais pour La France Insoumise. Elle participe même à l'élaboration du programme pour la campagne des élections municipales 2020 à Châteauroux. 

Carole s'est éloignée des groupes de discussion Whatsapp et Facebook, haut-lieu des échanges d'idées des Gilets Jaunes. "Je ne suis plus dans les boucles de discussions, je trouve qu'on avançait plus".

Prêt à s'embraser

Au contraire, Damien lit encore ces messages sur son smartphone. "Je crois qu'on va pas tarder à monter si ça commence à bouger. Il suffit d'une étincelle pour repartir", veut-il croire. 

Cet habitant du Poinçonnet, cariste dans l'automobile, constate ne pas avoir bénéficié de la manne financière débloquée par l'exécutif pour calmer le mouvement de contestation. 17 milliards d'euros pour revaloriser la prime d'activité, défiscaliser les heures supplémentaires, baisser l'impôt sur le revenu ... "Je n'ai rien touché du tout parce que j'étais au chômage au début du mouvement.  Après j'ai repris une activité. Mais mis à part le prix de l'essence, il n'y pas vraiment eu de changement.", déplore-t-il. 

Le retour au front

Sur l'écran de son smartphone, défile l'image d'une carte de Paris. Les monuments historiques y figurent, assortis d'une date et d'une heure. Des potentiels lieux de rassemblements, de manifestations. "Il faut qu'on retourne sur les ronds points, qu'on reprenne les blocages", veut-il croire, l'air las. 

Mais Damien le concède, le retour des manifestations "ce n'est pas pour maintenant", épidémie de Covid oblige. Même si le coeur y est. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess