Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre : "Beaucoup de gens ne pourraient pas se nourrir" sans la Banque alimentaire

-
Par , France Bleu Berry

L'épidémie de coronavirus renforce les inégalités et la précarité de certaines familles. Dans l'Indre, la Banque alimentaire et les associations caritatives sont donc très sollicitées.

Les bénévoles de la Banque alimentaire sont très sollicités en cette période de crise sanitaire et économique
Les bénévoles de la Banque alimentaire sont très sollicités en cette période de crise sanitaire et économique © Maxppp - Xavier de Fenoyl/PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Se nourrir en pleine épidémie de Covid-19, c'est une difficulté pour les foyers les plus précaires. De nombreux commerces sont fermés. Les épiceries solidaires le sont également. Dans l'Indre, la Banque alimentaire participe donc à l'élan de solidarité avec les associations caritatives pour la collecte de denrées alimentaires et la distribution de colis.

Une aide alimentaire primordiale en temps de crise

Entre le 23 mars et le 10 avril, la Banque alimentaire a distribué 13 tonnes de denrées supplémentaires par rapport à une période normale. "Notre aide est encore plus nécessaire que d'habitude, puisqu'il y a beaucoup d'épiceries et d'associations caritatives qui sont fermées", explique Henri Gaignault, le président de la Banque alimentaire de l'Indre.

Si on n'était pas là, il y en a beaucoup qui ne pourraient pas se nourrir

Respecter les gestes barrière

Il a fallu complètement réorganiser la distribution. A Châteauroux, elle se fait désormais du mercredi au vendredi, quartier par quartier. "On essaie de joindre le plus possible de gens, de les contacter individuellement pour qu'ils viennent", poursuit Henri Gaignault. 

La Croix-Rouge et la Protection civile de l'Indre sont là pour assurer le respect des gestes barrière. "Pour que ça se passe dans le respect des règles sanitaires, les bénévoles éloignent les gens d'un mètre chacun, prennent leurs températures, donnent du gel hydroalcoolique pour qu'il n'y ait pas de contamination à chaque distribution", ajoute le président de la Banque Alimentaire de l'Indre.

La grande distribution solidaire également

La collecte de denrées alimentaires se fait dans les grandes surfaces, qui jouent le jeu. Mais elles aussi sont touchées par le confinement. "Les grandes surfaces nous donnent ce qu'elles peuvent avoir mais elles n'ont pas toujours tout en même temps. Les approvisionnements sont en fonction", précise Henri Gaignault, prenant en exemple les fruits et légumes.

Les grandes surfaces ne peuvent pas nous aider autant qu'en période normale mais elles sont toujours présentes

Un point positif malgré tout : de nombreux bénévoles ont rejoint la Banque alimentaire de l'Indre. Cela permet de compenser l'absence de bénévoles qui doivent restez chez eux, en raison de leur fragilité et de leur vulnérabilité face au Covid-19.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess