Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Indre : un collectif citoyen pour lutter contre le projet de carrière à Chenet

-
Par , France Bleu Berry

Un collectif citoyen s'est monté pour dire non au projet d'une carrière de sable à Chenet, dans l'Indre. Le projet est porté par l'entreprise Guignard. Pour le moment il n'est pas lancé, mais certains habitants préfèrent prendre les devants.

Quelques-uns membres du collectif Grain de sable 36, opposés au projet de carrière
Quelques-uns membres du collectif Grain de sable 36, opposés au projet de carrière © Radio France - Manon Klein

Chenet, Ceaulmont, France

La plage de Chenet, à Ceaulmont, bientôt envahie par la poussière et le bruit ? C'est ce que craint le collectif citoyen Grain de sable 36, qui réunit une vingtaine de personnes. Ce dernier s'est constitué pour dire non au projet d'une carrière de sable que voudrait installer l'entreprise Guignard. Pour le moment, le projet n'est pas autorisé : la mairie refuse pour l'instant le changement de statut des terres où pourrait être installée la carrière. Mais certains habitants de la région craignent que le poids et le réseau de l'entreprise Guignard ne fasse changer d'avis les élus.

De multiples nuisances selon les opposants

Selon les opposants au projet, si cette carrière était créée, cela aurait plusieurs conséquences pour les habitants du secteur, mais aussi pour ceux qui aiment venir se baigner sur la plage de Chenet. En premier lieu des nuisances sonores, puisque l'emplacement de cette possible carrière se situe à environ 350 mètres du point de baignade à vol d'oiseau.

Monique a justement déménagé à la campagne avec sa famille pour profiter de la tranquilité, "si le projet est mis en place, il est hors de question que je reste dans un endroit qui, pour moi et ma famille, n'aura plus aucun intérêt" explique cette membre du collectif Grain de sable 36.

Les opposants au projet craignent également des dégagements de poussière, des conséquences négatives pour la faune et la flore, ou encore une dégradation de la sécurité sur les routes : "Le sable serait lavé du côté du Pêchereau, donc il y aurait des camions qui circuleraient sans cesse [cinq par jour seulement selon le gérant de l'entreprise Guignard] entre Ceaulmont et le Pêchereau, sur une route qui est déjà très accidentogène. C'est une route qui est empruntée le matin par les enfants lorsqu'ils vont au collège" s'inquiète Sophie, autre membre du collectif.

Une dévaluation de l'immobilier ?

Autre possible conséquence négative soulignée par le collectif : le prix de l'immobilier, qui pourrait pâtir de cette carrière. "Qui est-ce qui viendra payer une maison 150 000 ou 200 000 euros quand ils verront cette carrière ?" s'interroge  Michel.

Un collectif pour se préparer

Pour le moment, le projet n'a pas démarré. Il n'a pas l'aval du conseil municipal, qui a voté contre le changement de statut des terres où seraient installée cette carrière. Ce sont actuellement des terres agricoles. Mais le collectif d'opposants craint que le poids de l'entreprise Guignard ne l'emporte, et que certains élus changent d'avis. L'entreprise a déjà organisé en février une réunion d'information sur son projet destinée aux citoyens. C'est suite à cet événement que Grain de sable 36 est né. "Pour être en ordre de bataille (...) se préparer au combat" expliquent ses membre. Près de 200 personnes suivent déjà la page Facebook du groupe.

Le gérant de l'entreprise Guignard, Gilbert Guignard, tient à réfuter les arguments du collectif de manière générale, mais sans vouloir prendre le temps de rentrer dans le détail. Il prévient également que sans cette carrière à Chenet, c'est huit emplois qui sont menacés au sein de son entreprise.