Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

De nouveaux obstacles pourraient faire capoter le projet de golf à Villeneuve-de-la-Raho

-
Par , France Bleu Roussillon

Le projet de golf à Villeneuve-de-la-Raho, vieux de plus de 20 ans, pourrait être retardé et peut être même bloqué. Deux recours judiciaires lancés par un habitant sont toujours en cours. L'une des procédures va être examinée par le Conseil d'État. La maire de Villeneuve, elle, se dit optimiste.

La mairie de Villeneuve-de-la-Raho
La mairie de Villeneuve-de-la-Raho © Radio France - Sébastien Berriot

En 2018, la maire de Villeneuve-de-la-Raho (Pyrénées-Orientales) Jacqueline Irles criait victoire. Après plus de 20 ans de bataille et de rebondissements, le projet de golf dans la commune venait d'obtenir l'autorisation du préfet avec la signature d'une déclaration d'utilité publique. Jacqueline Irles prévoyait alors un lancement rapide des travaux avec l'espoir de pouvoir accueillir des golfeurs dans cet espace de 150 hectares au cours de l'année 2020.

Deux recours examinés par la justice

Aujourd'hui, non seulement les travaux n'ont toujours pas été lancés, mais contrairement à ce qui avait été dit par la mairie en 2018, le projet n'est pas expurgé de tout recours. Deux procédures judiciaires lancées par un habitant de la commune sont toujours en cours. Dans la première, c'est le permis d'aménager qui est contesté. La requête a été rejetée au tribunal administratif de Montpellier puis en appel à Marseille. Le dossier a été déposé à la fin du mois d'août au Conseil d'État. Dans la deuxième procédure, c'est la déclaration d'utilité publique du préfet qui est attaquée. La requête déposée au tribunal administratif en 2019 est toujours en cours d'examen.

L'intérêt public contesté

Les deux procédures ont été lancées par Christophe Zapprilla, conseiller municipal d'opposition et candidat malheureux lors des dernières élections municipales face à Jacqueline Irles. L'élu fait partie des personnes concernées par une éventuelle expropriation en cas de construction du golf. Il devrait alors céder une partie de son terrain. Christophe Zapprilla explique qu'il n'est pas du tout contre le golf, mais il conteste l'idée d'un projet d'intérêt public. "Ce n'est pas un projet d'autoroute, ou pour construire un école. Ce golf est en partenariat avec la mairie dans le cadre d'une ZAC (zone d'aménagement concertée), mais c'est avant tout un projet privé et cette déclaration d'utilité publique n'a pas lieu d'être" justifie l'élu municipal.

Les recours pourraient refroidir les investisseurs

Sollicitée par France Bleu Roussillon, la préfecture confirme qu'une requête en annulation a bien été introduite le 14 mars 2019 auprès du tribunal administratif. La préfecture ajoute que "cette requête en annulation n'est pas suspensive et n'empêche pas en théorie la poursuite des procédures et des travaux". Le terme "en théorie" est important. En effet, si le projet n'est pas stoppé officiellement par la procédure judiciaire, le recours pourrait sérieusement freiner les ardeurs des promoteurs privés qui doivent construire le golf et les centaines de logements prévus tout autour. Démarrer les travaux alors que deux recours sont toujours examinés par la justice est un risque qui n'est pas négligeable pour une entreprise. C'est le promoteur immobilier GGL (associé avec les sociétés Belin de Toulouse et Fondeville dans les Pyrénées-Orientales) qui a été retenu pour la partie travaux. Contactée par France Bleu Roussillon, l'entreprise GGL à Montpellier a d'abord accepté le principe d'une interview, avant de se rétracter, visiblement gênée par les questions.

Les terrains toujours pas disponible

Les recours pourraient également avoir pour conséquence de paralyser les procédures d'expropriation. A ce jour, selon nos informations, les promoteurs sont très loin d'avoir la maîtrise foncière, cinq hectares seulement disponibles sur un total de 150. De quoi faire réfléchir les entreprises avant de se lancer dans un projet évalué à plusieurs dizaines de millions d'euros (entre 30 et 60 millions selon les sources). Reste également à trouver un gestionnaire pour s'occuper du futur golf. Pour le moment rien n'est acté.

La mairie continue de croire au projet

Malgré ces nouveaux obstacles, la maire de Villeneuve-de-la-Raho ne se décourage pas. Jacqueline Irles continue de croire au projet. Interrogée par France Bleu Roussillon, elle reconnait que le golf va certainement être retardé, mais qu'il n'est pas bloqué. La maire se dit indignée "qu'un tel projet d'intérêt général puisse ainsi être perturbé par une seule personne à des fins personnelles et politiques".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess