Société

INFO FRANCE BLEU - Le Secours populaire cambriolé aux Couronneries à Poitiers

Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou mercredi 13 septembre 2017 à 11:57

Les voleurs cherchaient l'argent et des cartes cadeaux ou chèques vacances.
Les voleurs cherchaient l'argent et des cartes cadeaux ou chèques vacances. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Le bâtiment administratif du Secours Populaire de Poitiers a été cambriolé dans la nuit de mardi à mercredi. Plus de 2.000 euros ont été volés selon son directeur.

En passant devant le bâtiment, difficile d'imaginer qu'il a été cambriolé. Côté rue, aucun dégât n'est visible. C'est après avoir ouvert la porte que Nicolas Xuereb se rend compte que quelque chose ne va pas : "j'ai vu ce carton au sol. Ce n'était pas normal." Il parcourt alors les différents bureaux : "c'est là que j'ai vu la pagaille. Tout avait été fouillé, il y a des dossiers parterre." Les voleurs n'ont pas pris les ordinateurs portables et autres téléphones ou appareils photos. "Ils ont pris la caisse et les chèques vacances ou cartes cadeau de 40euros" raconte le directeur.

C'est un choc, j'ai la nausée, envie de vomir, ça me dégoûte.

Les cambrioleurs se seraient servis de caisses du centre de loisirs voisin pour escalader et atteindre les fenêtres des bureaux, selon le directeur. "Ils ont d'abord essayé une première fenêtre, ça n'a pas marché. Alors ils ont essayé de fracturer une deuxième fenêtre au pied-de-biche, celle de mon bureau" indique Nicolas Xuereb. Un pied-de-biche que les cambrioleurs ont laissé en plan.

Le pied-de-biche, qui a servi pour fracturer la fenêtre, a été laissé par les cambrioleurs dans le bureau du directeur.  - Radio France
Le pied-de-biche, qui a servi pour fracturer la fenêtre, a été laissé par les cambrioleurs dans le bureau du directeur. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Mais pour le directeur, le ou les cambrioleurs connaissaient le Secours Populaire: "ils savaient où chercher pour trouver l'argent. Ils connaissaient notre mode de fonctionnement." Le préjudice aurait pu être plus grand selon Nicolas Xuereb qui reconnaît avoir déposé plus de 3.500 euros la veille à la banque : " on avait fait un bon chiffre avec la Braderie à Poitiers, je suis allé tout déposer à la banque mais sinon ils auraient pu voler cela aussi."

Selon le directeur, c'est cette caisse du centre de loisirs qui aurait aidé les cambrioleurs à atteindre la fenêtre du bureau. - Radio France
Selon le directeur, c'est cette caisse du centre de loisirs qui aurait aidé les cambrioleurs à atteindre la fenêtre du bureau. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Le magasin cambriolé en novembre

Aujourd'hui c'est surtout le choc et l'agacement qui domine. "Ça nous casse. On a fouillé dans nos affaires. On se sent plus vraiment chez soi. Des fois on dit que c'est comme un viol, là c'est un peu ça, ils ont tout touché, tout foutu en l'air" confie le directeur du Secours Populaire dans la Vienne, agacé. Il faut dire que le Secours Populaire a déjà été victime de cambriolages par deux fois. Le dernier remonte à novembre dans le magasin. "On est le secours populaire, on n'a pas les moyens d'investir dans des coffres. Notre priorité ça reste d'aider les plus démunis."'

Un choc difficile à encaisser pour le directeur.  - Radio France
Un choc difficile à encaisser pour le directeur. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

La police scientifique doit désormais passer dans les locaux pour récolter des preuves. Faute de tiroir-caisse, volé dans les bâtiments administratifs, le magasin a été fermé mercredi toute la matinée.