Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

INFO France Bleu Paris : un nouveau dispositif d'accueil des réfugiés en Ile-de-France

mardi 13 mars 2018 à 17:18 Par Faustine Calmel, France Bleu Paris et France Bleu

Comme prévu le centre de premier accueil - aussi baptisé La Bulle - installé porte de la Chapelle à Paris va fermer ses portes à la fin du mois. Il va être remplacé par cinq centres d'accueil et d'examen de situation (CAES) répartis dans toute la région parisienne.

La "Bulle" du centre de premier accueil de la porte de la Chapelle, à Paris
La "Bulle" du centre de premier accueil de la porte de la Chapelle, à Paris © Maxppp - Nicolas Kovarik

Île-de-France, France

La date avait été annoncée dès l'ouverture à l'automne 2016 : le centre de premier accueil des réfugiés, installé porte de la Chapelle dans le nord de Paris devait fermer ses portes un an et demi plus tard, en mars 2018. Ce sera donc fait. Et c'est l'occasion à la fois pour l'Etat de reprendre le main sur ce dossier, et de transformer le dispositif

Non plus un, mais cinq centres d'accueil

La "Bulle" installée pour accueillir les migrants et réfugiés va être démontée. Elle sera remplacée par cinq centres d'une capacité totale de 750 places (contre 450 porte de la Chapelle), répartis dans cinq départements. A Paris boulevard Ney toujours près de la porte de la Chapelle, à Ris-Orangis en Essonne, à Cergy dans le Val d'Oise, dans une commune des Hauts-de-Seine et une autre de Seine-et-Marne dont les noms ne sont pas encore connus.

L'accès ne s'y fera pas directement comme c'était le cas porte de la Chapelle. Selon la préfecture de Région, des maraudes emmèneront dans un premier temps les réfugiés vers des centres d'accueil de jour (au moins quatre seront mis en place dans Paris). Des navettes viendront les y chercher, pour les emmener dans l'un des cinq CAES, en fonction de leur situation. "Cela nous permet d'augmenter la capacité d'accueil et de réguler aussi les flux de migrants" explique la préfecture.

Une reprise en main par l'Etat

La préfecture de Région salue le bilan "positif" du centre de premier accueil qui a permis l'année dernière d'orienter 15.000 personnes vers le dispositif national d'accueil et des centres dans toute la France, mais éclater le dispositif en plusieurs lieux doit permettre de mieux accueillir et mieux réguler les flux.

Du côté de la Ville de Paris, à l'origine de la mise en place du centre de la porte de la Chapelle, on se félicite que l'Etat soit plus actif sur la question et reprenne en main cette compétence, mais Anne Hidalgo n'entend pas lâcher ce dossier . La "Bulle" devrait être réutilisée, sur un autre site mais toujours en lien avec l'accueil des réfugiés. Une "maison des réfugiés" doit aussi voir le jour pour regrouper les initiatives citoyennes.

Restent plusieurs questions : les réfugiés qui arrivent dans la capitale vont-ils réussir à comprendre le système et trouver les lieux où se rendre? L'avantage de la "Bulle" était d'être visible et bien identifiée.  Et des files d'attente ne risquent-elles pas de se reconstituer devant les centres d'accueil de jour? Le nouveau dispositif doit être opérationnel au plus tard au début du mois prochain.