Société DOSSIER : Attentat de Nice

EXCLU - Un institut polytraumatique va ouvrir à Nice en juin

Par Sébastien Germain, France Bleu Azur mercredi 14 septembre 2016 à 9:16

Vincent Delhomel-Desmarets
Vincent Delhomel-Desmarets © Radio France - Sébastien Germain

Deux mois après l’attentat de Nice, nous revenons sur la douleur des victimes. Elles seront d’ailleurs mieux prises en charge grâce à la création d’un institut polytraumatique. C'est une information France Bleu.

Vincent Delhomel-Desmarets est le secrétaire général de l'association Promenade des Anges, association de victimes. Il était notre invité à 7h50 ce mercredi.

"Nous n’allons pas mieux"

Depuis le 14 juillet Vincent Delhomel-Desmarets est traumatisé. Deux mois après l’attentat comment va-t-il, comment vont les victimes ? "Nous n’allons pas mieux. Nous faisons des thérapies lourdes. Nous voulons la vérité, toute la vérité sur l’enquête. Nos vies d’après nous paraissent très loin. La colère, elle, n’est pas retombée."

"Aucune haine, de la colère"

Vincent Delhomel-Desmarets a également été marqué par les sifflets contre le Premier ministre ou les amalgames : « On a pris très mal le fait que nos compatriotes fassent des amalgames. Nous voulons faire passer des messages de partages. Nous ne voulons pas que nos élus soient hués. Nous devons tous nous réunir. »

Pas de nouveau concernant l’enquête

Deux mois après les faits, la justice ne communique pas pour le moment sur l’enquête. Ça n’inquiète pas les victimes : "Sur l’enquête nous n’avons pas de nouveau. Il faut laisser le parquet et la justice faire son travail."

La création d’un institut polytraumatique

"Cet institut va nous aider énormément. Il y a des psychologues ,des psychiatres qui ne sont pas habitués, bien heureusement, aux attentats. Beaucoup ne sont pas formés pour les attentats. »

Vincent Delhomel-Desmarets