Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

CARTE - Découvrez les communes de Dordogne qui vont donner pour Notre-Dame de Paris

-
Par , France Bleu Périgord

CARTE. Plus d'un milliard d'euros de promesses de dons ont été enregistrés pour la rénovation de Notre-Dame de Paris après l'incendie qui a détruit sa toiture il y a 15 jours. En Dordogne, de nombreuses communes ont décidé de mettre la main à la poche

Des communes de Dordogne vont donner pour la rénovation de Notre Dame de Paris
Des communes de Dordogne vont donner pour la rénovation de Notre Dame de Paris © Maxppp - Maxppp

Périgueux, France

Plus d'un milliard d'euros de dons pour la reconstruction de Notre Dame de Paris.

L'argent continue d'affluer pour rénover la cathédrale dont toute la toiture a été détruite par un incendie il y a de cela 15 jours. Cagnotte en ligne de particuliers, dons d'entreprise, mais aussi subventions attribuées par les collectivités.

En Dordogne, de nombreuses communes ont décidé de contribuer financièrement à la reconstruction de la cathédrale parisienne.

Au moins 34.000 euros vont être votés par des mairies du Périgord pour Notre-Dame. La palme va à trois communes : Terrasson Sarlat et Périgueux.

Toutes trois vont voter chacune 10.000 euros de subvention. C'était normal estime Antoine Audi, le maire de Périgueux :

"Notre-Dame de Paris, ce n'est pas qu'une cathédrale c'est aussi le symbole de notre histoire, le point zéro de toutes les routes de France. J'ajouterai que 10.000 euros sur un budget de 40 millions d'euros, c'est une petite chose, un geste symbolique important. Le reste, notre patrimoine, nous nous en occupons avec notre plan d'investissement" explique le maire

Neuvic votera bientôt entre 500 et 1000 euros pour Notre-Dame. 1500 à Brantôme. Trélissac, mairie pourtant communiste devrait donner 1000 euros.

"Je considère que Notre-Dame, c'est un élément majeur du patrimoine national. Je crois que j'aurais fait la même chose si cela avait été Versailles, la Tour Eiffel ou les fortifications de Vauban. C'est vraiment un élément fort du patrimoine et qui marque l'histoire nationale" dit le maire de Trélissac.

"Pour ma part je suis athée et laïc, je n'ai pas de motivation religieuse dans cette affaire, c'est cette partie de l'histoire nationale et j'ajouterai de l'histoire populaire. Parce qu'il ne faut as oublier que ceux qui ont construit Notre-Dame, c'est pas les aristocrates, ce sont les compagnons du Moyen-Age et depuis des dizaines de milliers d'ouvriers qui depuis 800 ans ont travaillé à entretenir et rénover cette cathédrale" dit Francis Colbac

Certains disent non

Saint-Astier et Mussidan devraient aussi participer. Certains s'interrogent, ou attendant l'avis de leur conseil municipal. Coulounieix-Chamiers débattra de l'opportunité de donner ce mardi soir en conseil municipal.

Et puis il y a les communes qui disent non. C'est un non ferme pour Boulazac. Son maire estime que la reconstruction de Notre Dame est l'affaire de l'Etat. Non aussi pour Bergerac, Ribérac, Montpon, Thiviers ou Thenon.

A Nontron, le mairie Pascal Bourdeau explique qu'il a bien suffisamment à faire avec son patrimoine local :

"Nous on a un patrimoine , on a un château qui menace ruine par endroit. J'ai aussi un tribunal laissé par l'Etat que j'ai des difficultés à maintenir en état. Donc on est solidaires de la reconstruction de Notre-Dame, mais auparavant, il faut voir tout ce petit patrimoine que les communes ont à gérer au quotidien" dit-il

Même situation à Chancelade où l'abbaye a été très abîmée par les intempéries en juin dernier et où la priorité est l'entretien du patrimoine commun.