Société

INFOGRAPHIE - Handicapés : accessibilité des villes, les meilleurs et les moins bons élèves

France Bleu mercredi 26 février 2014 à 7:53

Le palmarès des villes accessibles aux handicapés
Le palmarès des villes accessibles aux handicapés © IDÉ

L'Association des paralysés de France a publié mardi son baromètre annuel de l'accessibilité des villes aux handicapés. Alors qu'en théorie, d'ici à 2015, tous les bâtiments recevant du public devraient être rendus accessibles aux handicapés, le constat est encore "accablant" pour l'APF. Toutefois aucune ville, même parmi les moins bien notées, n'obtient un résultat inférieur à la moyenne.

Le constat est "accablant" pour l'Association des paralysés de France : c'est désormais certain, la date butoir du 1er janvier 2015 pour la mise aux normes d'accessibilité de tous les lieux recevant du public ne sera pas respectée. L'association, qui publie ce mardi son baromètre, donne aux villes française une note moyenne de 14,14 sur 20 , note en progrès mais qui ne cache pas "un grave échec de la politique de mise en accessibilité de la France ". 

Aucune ville en-dessous de la moyenne

En tout, 95 chefs-lieux de départements ont été passés au crible de l'APF : la meilleure élève est Grenoble , qui maintient sa place de tête par rapport à 2012 avec une moyenne de 18,7/20, suivie par Nantes et Caen. La queue du peloton est occupée par Digne-Les-Bains, qui ne passe toutefois pas sous la moyenne, avec une note de 10,2/20. En termes d'accessibilité des seuls équipements municipaux, c'est Quimper qui s'en sort le moins bien.

Paris ne figure pas dans ce palmarès, la mairie n'ayant pas accepté de participer à ce baromètre. Mais en se basant sur la note obtenue en 2012 (13,2/20), la capitale serait 64e dans le palmarès de 2013.

> RETROUVEZ NOTRE REPORTAGE WEB : Vivre en ville dans un fauteuil roulant

Vers un rallongement des délais jusqu'à neuf ans

La question de la mise aux normes des réseaux de bus est particulièrement inquiétante pour l'APF : seulement 42% des réseaux sont accessibles aux personnes handicapées. Quant aux établissements scolaires, à peine plus de la moitié d'entre eux disposent des équipements d'accessibilité.

Résultat : les villes vont disposer de délais supplémentaires de 3 à 9 ans, des délais "inacceptables " pour l'APF. La ministre déléguée aux Personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti a précisé que les "agendas d'accessibilité programmée" qui prévoient ces délais "demanderont aux acteurs de s'engager sur un calendrier précis et reserré de travaux d'accessibilité ". Une ordonnance devrait être votée par le Parlement au printemps. 

Partager sur :