Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Innovation : la lunette de WC qui se nettoie en un clin d’œil

Une entrepreneur de Saint-Aupre (Isère) lance une lunette de toilettes plus facile à nettoyer ! L'utilisation d'élastomère permet notamment de rendre beaucoup plus imperméable à la saleté la zone traditionnellement difficile des charnières.

Yannick Berruyer et sa "Lalunet"
Yannick Berruyer et sa "Lalunet" © Radio France - Laurent Gallien

Saint-Aupre, France

A l'origine il y a "une mauvaise expérience qu'on a eu  lors d'une location d'un studio à la montagne, explique Yannick Berruyer, habitant de St Aupre agé de 39 ans, on a trouvé les toilettes dans un état pas très très propre [...] et donc j'ai imaginé de simplifier ces formes qui sont toujours tarabiscotées, avec des coins et des recoins qui sont difficile à nettoyer". C'était en 2013 et aujourd'hui cet ancien salarié de la plasturgie, victime d'un licenciement économique, est heureux de tenir en main sa réalisation, fruit de sa réflexion, de son travail et de son brevet, valable en France : Lalunet'.

L'utilisation de l'élastomère

"La première idée, dit Yannick Berruyer, ça a été de remplacer ces charnières par une charnière souple et puis après j'ai rajouté des joints qui viennent empêcher tous les liquides de passer sous le système de fixation. Donc on a d'abord la lunette qu'on vient fixer sur la cuvette, avec des vis en thermoplastique pour qu'il n'y ait pas d'oxydation, et ensuite on vient recouvrir cette partie avec le couvercle, qui vient encapsuler complètement la partie fixation". Le résultat : "Tout est étanche et du coup un simple coup d'éponge dessus-dessous la charnière suffit à nettoyer complètement l'abattant".

Un objectif de "4 à 5 000 abattants par an"

De l'idée à la réalisation il restait aussi ensuite à trouver comment faire fabriquer ce nouveau produit. Après quelques démarches infructueuses Yannick Berruyer a finalement décidé de créer lui-même sa société et trouvé un partenaire industriel avec la société NP Savoie à Belmont-Tramonet (Savoie). Sa lunette "made in France" est vendue uniquement via le site internet www.lalunet.net au prix de 60 euros. Un peu cher? "Alors.. il y a de tout. Mais aujourd'hui un abattant de bonne gamme c'est 40-45 euros, répond l'inventeur, donc on se situe un peu au-dessus". Ce qui s'explique par une technologie de fabrication plus chère à mettre en oeuvre.

Il ne reste plus qu'à vendre maintenant. Ce qui n'est pas chose simple. Pour travailler le bouche-à-oreille Yannick Berruyer va notamment faire quelques salons, tel le Salon Territoire Chartreuse du 23 au 25 mai à Saint-Laurent-du-Pont. "Mon business plan table sur une vente de 4 à 5 000 abattants par an". Trois cent lunettes ont été fabriquées, qui n'attendent que leurs clients. Sa famille, première à tester, a approuvé. "Et puis, rappelle le chef d'entreprise dans un sourire, nous passerions au toilettes l'équivalent de 3 ans dans une vie". Ce qui est sûr c'est qu'on aime s'y sentir le mieux possible et que les nettoyer n'est pas la tâche la plus agréable qui soit. 

La charnière souple de "Lalunet" empêche tout liquide de pénétrer dessous... - Aucun(e)
La charnière souple de "Lalunet" empêche tout liquide de pénétrer dessous... - Visuels Lalunet’ ©studio Allegret Christian
Et le profil final sans aspérité permet sans problème le passage de l'éponge ou de la brosse - Aucun(e)
Et le profil final sans aspérité permet sans problème le passage de l'éponge ou de la brosse - Visuels Lalunet’ ©studio Allegret Christian