Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Le traumatisme est toujours bien présent un an après les inondations à Villeneuve-les-Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Le 23 octobre 2019, l'Hérault était touché par des pluies diluviennes faisant un mort. À Villeneuve-les-Béziers, des centaines d'habitants sont pris au piège avec 1,50 m d'eau chez eux. Des dégâts colossaux supportés par la commune. "Nous sommes trop riches" ironise le maire Fabrice Solans.

Inondations à Béziers et ses alentours
Inondations à Béziers et ses alentours - SDIS34

Il y a un an, (dans la nuit du 22 au 23 octobre 2019) des trombes d'eau s'abattent sur tout le Biterrois. Plus de 300 litres d'eau par mètre carré sont tombés en quelques heures. Évidemment avec des conséquences bien différentes d'une commune à une autre. Mais heureusement aucun décès n'est à déplorer dans le Biterrois. Ce qui n'aura pas été le cas partout. Une habitante de Cazouls-d'Hérault (nord de Pézenas) est décédée après avoir été emportée par les eaux devant chez elle. Paniquée, la victime avait tenté de quitter son domicile.

L'équivalent de trois mois de pluie tombe sur le Biterrois en l'espace de 48 heures

Un an après, les sinistrés essaient d'oublier, sans pour autant être rassurés, alors que les travaux de réfection se poursuivent sans l'aide de l'État. De belles promesses avaient été faites à l'époque aux élus. 

Aujourd'hui la facture est salée agaçant de nombreux maires dont celui de Béziers Robert Ménard, et Fabrice Solans (Villeneuve-les-Béziers). Quasiment trois millions d'euros de dégâts non pris en charge pour le premier. 300.000 euros pour le second.

À Villeneuve-les Béziers, des centaines de maisons dans le quartier Saint-Michel (le plus durement touché) se sont retrouvées inondées à cause d'une gigantesque vague d'eau en provenance des hauteurs de la commune. Jusqu'à un mètre cinquante d'eau, des quantités de boues. Des dégâts considérables. 

Ici il y a une grande détresse explique le maire. Il a cette crainte de revivre ces inondations. Ici, nous sommes encerclés, par le canal du Midi, l'Orb."

Les riverains sont encore psychologiquement touchés par ce qu'ils ont vécu. "Il faudra du temps pour tourner la page". Mercredi soir, une trentaine d'entre eux ont rencontré le maire au cours d'une réunion afin de faire le point sur les travaux réalisés. Un vaste programme de curage des ruisseaux a été lancé.

Ce qui n'avait pas été fait depuis longtemps assure le nouveau maire Fabrice Solans. Les pompes de relevage ont été changées pour évacuer l'eau au plus vite. Des travaux plus importants (et par conséquence plus couteux) sont envisagés comme la création de bassins de rétention d'eau entre 2023 et 2027. 

"Ce qui est arrivé est inacceptable."

Le nouveau maire de Villeneuve-les-Béziers, n'est pas tendre avec son prédécesseur Jean-Paul Galonnier. Il ne l'est pas moins avec l'État qui ''nous abandonne lâchement après de belles promesses'' dixit Fabrice Solans.

"Notre situation financière n'est pas brillante. Les travaux de réfection s'élèvent à 300.000 euros. L'État considère que nous sommes trop riches pour prendre en charge les travaux consécutifs à ces inondations. Ne parlons pas de la SNCF qui nous réclame trois millions d'euros de dommages et intérêts".

''Je reste stupéfait d'apprendre que le malheur à un coût''

La voie SNCF entre Montpellier et Narbonne éventrée à cause de l'eau
La voie SNCF entre Montpellier et Narbonne éventrée à cause de l'eau © Radio France - Stéfane Pocher

La SNCF a en effet porté plainte pour se faire rembourser les travaux de rénovation de la voie entre Montpellier et Narbonne, rendant la circulation des trains impossible pendant plus d'un mois avec une perte financière non-négligeable, le trafic étant interrompu. L'ouvrage s'est éventré, après après avoir été transformé en digue suite à une montée des eaux en amont.

L'enquête permettra sans doute de comprendre pourquoi les buses d'évacuation sous les voies étaient bouchées comme nous avions pu le constater à l'époque. Si elles avaient été dégagées, la voie se serait-elle seulement transformée en digue avant de céder sous la pression ?

Des milliers de mètres cubes d'eau ont ensuite envahi le quartier Saint-Michel. La procédure est en cours et devrait prendre plusieurs années. Les promesses annoncées par l'État ne viendront jamais.

Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire, en déplacement dans le Biterrois avait annoncé des aides substantielles aux maires de Béziers et celui de Villeneuve-Les-Béziers. Mais en vain
Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire, en déplacement dans le Biterrois avait annoncé des aides substantielles aux maires de Béziers et celui de Villeneuve-Les-Béziers. Mais en vain © Radio France - Stéfane Pocher

Des dégâts considérables à Béziers estimés à  2,9 millions d'euros

À Béziers, une quantité impressionnante d'encombrants, abandonnés par les riverains, a été ramassée dans les ruisseaux obstruant ainsi les évacuations. Les dégâts sur les biens non assurables s'élèvent à 2,9 millions d'euros (essentiellement des voiries communales et un mur de soutènement qui s'était effondré). Des dégâts supportés par la ville, l'État ayant refusé là aussi aussi d'y participer.

Des voitures abandonnées par les propriétaires après avoir été piégées par la brusque montée des eaux
Des voitures abandonnées par les propriétaires après avoir été piégées par la brusque montée des eaux © Radio France - Stéfane Pocher

La sous-préfecture de l'Hérault expliquait, le mois dernier, que pour verser la dotation de solidarité l'estimation des dégâts devait être inférieure à 1% du budget de la commune sinistrée. En d'autres termes, elle doit bénéficier aux communes qui n'ont pas les moyens de payer les travaux en cas de sinistre.

Depuis ces inondations, les recs d'Arièges, de Bagnols et Saint-Victor ont été nettoyés. Dix kilomètres de fossés ont été curés. D'autres ont été créés. Le plus urgent a été fait explique Yvon Martinez, l'adjoint en charge de la voirie et des espaces verts. Reste à engager  des travaux sur les chemins ruraux. 

''Une quantité impressionnante d'encombrants, abandonnés par les riverains, a été ramassée. Nous allons continuer la sensibilisation et la répression afin que cessent les incivilités

Désormais les élus de l'agglomération attendent beaucoup de la Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), gestion confiée à l'agglomération de Béziers. Des études hydrauliques sont en cours pour réaliser des travaux coûteux pour la collectivité.

L’état de catastrophe naturelle a été officiellement reconnu 

L’arrêté de reconnaissance a été publié au Journal Officiel le jeudi 31 octobre 2019. Les demandes de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle ont été examinées pour les dommages causés par les inondations et coulées de boue, lors des intempéries du 22 au 23 octobre 2019 dans l’Hérault.

Elles ont été reconnues, en ce qui concerne le territoire de l’Agglo Béziers Méditerranée, pour les communes suivantes de Bassan, Béziers, Boujan-sur-Libron, Cers, Corneilhan, Coulobres, Espondeilhan, Lieuran-lès-Béziers, Montblanc, Sauvian, Sérignan, Servian, Valras-Plage, Villeneuve-lès-Béziers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess