Société

Inscriptions extra-scolaires : le casse-tête des parents à Toulouse

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse jeudi 8 septembre 2016 à 18:22

Deux avant les inscriptions, il y avait déjà une trentaine de parents.
Deux avant les inscriptions, il y avait déjà une trentaine de parents. © Radio France - Bénédicte Dupont

C'est le rite annuel des familles : inscrire les enfants dans une activité, culturelle ou sportive. À Toulouse, il y a sept MJC et l'essor démographique a fait exploser les demandes. Résultat, les parents doivent patienter des demi-journées entières pour être sûrs d'avoir une place.

La MJC de Croix-Daurade, Chemin de Nicol, n'est pas la plus grosses des maisons des jeunes et de la culture de Toulouse, mais c'est celle qui a le plus d'adhérents, 1.200. Il faut dire qu'elle est située au carrefour des zones les plus densifiées de la Ville Rose. Et quand viennent les inscriptions, c'est tout le quartier entier qui débarque.

Pour le sport, c'était ce mercredi soir qu'il fallait venir, inscriptions de 18 heures à 21 heures pour ne pas pénaliser les parents qui travaillent. Car la règle est claire, et logique : premier arrivé, premier servi. Pour être certains que la petite dernière aille à l'éveil-danse ou que le grand ait sa place en gymnastique, des parents ont carrément planté le piquet cinq heures avant le début des inscriptions.

►►► Ecoutez le reportage ci-dessous, signé Bénédicte Dupont

REPORTAGE de Bénédicte Dupont à la MJC Croix-Daurade

On fait comme on peut pour s'occuper.... - Radio France
On fait comme on peut pour s'occuper.... © Radio France - Bénédicte Dupont

L'an dernier, je suis arrivé à l'heure, à 18h. Il y avait un monde de fou. On a dû récupérer les miettes, un sport que ma fille ne voulait pas. Elle y est allée deux fois et puis elle a arrêté. Cette année , je me suis organisé, je veux avoir son cours de danse ! — Brahim, un papa de Borderouge

Corinne et Marie inscrivent leurs filles, avec leur kit-camping

La MJC de Croix Daurade a 51 ans et toujours les mêmes structures. - Radio France
La MJC de Croix Daurade a 51 ans et toujours les mêmes structures. © Radio France - Bénédicte Dupont

Toujours plus d'habitants, mais des structures qui ne suivent pas

Le personnel de la MJC est prévenant et fait au mieux. Des chaises ont été installées en enfilade le long des murs. "_On se croirait à un concer_t", glisse Marie venue pour sa fille, avec sa voisine. Les bénévoles sont là, les bouteilles d'eau sont prêtes, mais on ne peut pas pousser les murs. La MJC de Croix-Daurade a 51 ans et a gardé son bâtiment d'origine. Elle ne peut pas créée plus d'ateliers que ce qu'il n'existe.

On donne des cours ici et dans d'autres lieux du quartier mais tous les locaux sont pris d'assaut. On n'a pas assez d'espace pour les habitants du quartier, toujours plus nombreux chaque année.  — Louis Passe, le directeur de la MJC

Il vaut mieux vérifier avant qu'il reste des places dans sa discipline. - Radio France
Il vaut mieux vérifier avant qu'il reste des places dans sa discipline. © Radio France - Bénédicte Dupont

Beaucoup de parents ont pris une RTT ou leur demi-journée. D'autres ont envoyé les grands-parents faire la queue à leur place. La MJC avait organisé au mois de juin-juillet des ré-inscritpions pour éviter aux anciens de revenir en septembre. Il reste encore des places dans certaines activités culturelles, comme la guitare, dont les inscriptions ont débuté mardi. La MJC ouvre de nouveau ses portes la semaine prochaine pour toutes les disciplines aux effectifs encore incomplets.