Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Insécurité déclarée des médecins : la Loire est le troisième département le plus touché

jeudi 5 avril 2018 à 15:30 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les médecins de la Loire ont fait remonter 47 incidents l'an dernier à l'Observatoire de la sécurité du conseil de l'Ordre. C'est le troisième département le plus touché selon les chiffres communiqués par cette étude avec l'institut Ipsos.

.
. © Maxppp - Christelle Besseyre

Saint-Étienne, France

Insultes, menaces, chantage, vols, agressions physiques, vandalisme : l'Observatoire de la sécurité des médecins a recensé 1 035 incidents l'an dernier, presque 3 par jour. Jamais ce chiffre n'a été aussi élevé depuis 2003, année de lancement de cette étude.

Dans la Loire, 47 faits ont été déclarés en 2017. C'est un peu moins que les 51 incidents signalés en 2016 mais la Loire reste dans les départements les plus impactés, en troisième position, derrière le Nord (108 faits) et les Bouches-du-Rhône (107).

En Rhône-Alpes-Auvergne, l'Isère affiche une situation relativement comparable. Notons au passage que les chiffres de la Seine-Saint-Denis ne sont pas communiqués alors que ce département arrivait en tête lors des premières années de cet Observatoire du conseil national de l'Ordre des médecins.

Dans la Loire, il s'agit en premier lieu de 18 faux et usages de faux, principalement des ordonnances falsifiées. Les médecins ligériens ont aussi déclaré 14 vols. Viennent ensuite 12 agressions verbales et 2 agressions physiques.

Ambiance électrique et caméras dans les salles d’attente 

« Nous sommes soumis à la pression des patients et une demande de consommation de soins de plus en plus exigeantes. Comme nous devons faire la part des choses, ça génère beaucoup de désaccords. Et parfois, ça se termine mal, la plupart du temps sous forme d'agressions verbales", explique le docteur Yannick  Frézet, généraliste à Rive-de-Gier qui en est venu à installer des caméras dans son cabinet. 

Le président de la confédération des syndicats médicaux français dans la Loire estime que ses chiffres, qu'ils soient locaux ou nationaux sont "extrêmement sous évalués", lui et ses confrères ne déclarant que les faits les plus graves. Le regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants va dans le même sens, son vice-président le docteur Yannick Schmitt avance ainsi que les médecins de la Loire pourraient avoir plus à cœur de faire remonter des incidents que leurs confrères de Seine-Saint-Denis, département où les données récoltées ne seraient ainsi plus significatives.