Société

Instruction civique et morale, liberté de la presse, à Toulouse deux organismes aident déjà les enseignants

Par Jean-Marc Perez, France Bleu Toulouse vendredi 23 janvier 2015 à 7:20

FBToulouse  Valeurs de la République
FBToulouse Valeurs de la République © Radio France - jean-marc perez

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé un plan de 250 millions d'euros sur trois ans pour former et aider les maîtres et professeurs à dispenser des enseignements sur les valeurs de la République et des cours d'éducation à la presse et la liberté d'expression. Dans l'académie de Toulouse, le Clémi et le réseau Canopé aident déjà les professeurs dans ces missions.

Par exemple, Canopé (réseau de création et d'accompagnement pédagogique) édite depuis 2011 un ouvrage qui s'intitule "pour enseigner l'instruction civique et morale " et c'est un véritable best seller puisqu'on en est à la 5e réédition.

A l'intérieur, les professeurs y trouvent des fiches de cours sur les grands symboles et les valeurs de la République,  comme "Comment expliquer la démocratie, la loi, la laïcité ?". Le réseau Canopé a très vite réagi à l'actualité en diffusant ces jours-ci une brochure pour parler des dessins de presse en classe. Marc Laborde , le directeur académique du réseau Canopé en Midi Pyrénées, répond à Stéphanie Mora.

FBToulouse itw Marc Laborde Canope

FBtoulouse Marc Laborde réseau Canopé - Radio France
FBtoulouse Marc Laborde réseau Canopé © Radio France - alban forlot

Le Clémi  (centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information) et Canopé proposent également depuis quelques années des outils pour apprendre à manipuler internet, expliquer aux élèves comment utiliser les réseaux sociaux.

La vraie question maintenant c'est comment monter en puissance et systématiser ces cours dans des programmes surchargés. et avec parfois peu de personnel formateur. Ainsi pour le centre de liaison autour des médias , il n'y a qu'une responsable à mi-temps pour toute l'académie. Depuis le 7 janvier, Laurence Janin note ainsi une véritable prise de conscience des enseignants toulousains, comme elle le confie à Stéphanie Mora.

FBToulouse Clemi