Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Insultes racistes sur un terrain de foot d'Oléron : deux joueurs suspendus

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Deux footballeurs de l'Ile d'Oléron écopent de huit matchs de suspension et d'une amende pour leurs propos racistes ou discriminatoires. Ils avaient insulté deux joueurs de Lagord le 1er avril.

Le club de Cap Aunis à Lagord
Le club de Cap Aunis à Lagord © Radio France - Charlotte Jousserand

Île d'Oléron, Charente-Maritime, France

La commission de discipline du district de football de Charente-Maritime a décidé vendredi de sanctionner deux jeunes joueurs de l'Oléron Football Club. Les faits s'étaient déroulés à Oléron le 1er avril lors du match des U17, les moins de 17 ans, face au Club Cap Aunis de Lagord près de La Rochelle. Deux joueurs de Cap Aunis s'étaient faits insulter à cause de leur origine.

Les incidents s'étaient produits pendant la second période du match. Des insultes avaient fusé contre un joueur d'origine syrienne, un réfugié. "Chaque fois qu'il touchait le ballon", déplore l'entraîneur de Cap Aunis, Pierre-Alexandre Gibier, "on entendait crier "bamboula" depuis les tribunes ou sur le terrain". Un autre joueur, le capitaine de Cap Aunis, avait été ciblé pour son origine asiatique. Il s'était fait traiter de "face de citron" et insulter : "retourne fabriquer des iPhones".

Des insultes inacceptables, bien entendu, pour les dirigeants du club de Lagord qui avaient immédiatement porté l'affaire devant de la commission de discipline du district de football de Charente-Maritime. Interrogé par France Bleu La Rochelle après les faits, le dirigeant de l'Oléron Football Club, Jacques Moquay, s'était montré embarrassé. "On va enrayer tout ça" avait-il promis, tout en laissant entendre que Cap Aunis avait aussi "une part de responsabilité dans l'affaire"…

Mais la commission de discipline a estimé, elle, qu'il fallait sévir. Deux joueurs oléronnais, coupables d'avoir lancé les insultes, sont interdits de terrain pour huit semaines. Sanction ferme applicable dès maintenant. Cela signifie qu'ils n'ont plus le droit de jouer jusqu'à la fin de l'année. Ils devront également payer chacun une amende. Leur club, l'Oléron Football Club, est, lui, privé de son terrain pour deux rencontres. Il devra jouera ailleurs.

La commission de discipline a également prévenu son président : il devra faire en sorte que les faits ne se reproduisent plus. Sous peine de sanctions plus sévères.