Société

Intermittents : pourquoi sont-ils en colère ?

Par Marie Mutricy, France Bleu lundi 7 juillet 2014 à 12:18

Manifestation des intermittents sur la place du Palais des Papes
Manifestation des intermittents sur la place du Palais des Papes © MaxPPP

Depuis le 19 février, les intermittents manifestent pour la sauvegarde de leur statut, que le Medef voulait purement et simplement supprimer. Mais c’est quoi, un intermittent ? Francebleu.fr vous explique tout.

L’organisation patronale a mis le feu aux poudres en février dernier. Le Medef a proposé mercredi 19 février de supprimer le régime d’indemnisation spécifique des intermittents du spectacle . Depuis, artistes et techniciens se mobilisent, au travers de nombreuses manifestations, qui conduisent à l’annulation totale ou partielle des concerts et spectacles pendant les Festivals.

> Consultez la carte interactive des Festivals menacés ou annulés, sur France Bleu

Mais au fait, c’est quoi, le statut d’intermittent ?

Un régime spécifique

Le statut d’intermittents est un régime spécifique créé en 1936, d’abord pour l’industrie du cinéma. Il permet une embauche en contrat à durée déterminée "d’usage". Contrairement à un CDD classique, il permet de faire travailler quelqu’un pour de très courtes durées en renouvelant le contrat sans limite durant plusieurs années.

Aujourd’hui le régime des intermittents s’applique à l’audiovisuel, au cinéma, à la musique, au spectacle vivant et concerne également les techniciens et ouvriers ainsi que les artistes.

Les intermittents représentent 4% des allocataires de l’assurance-chômage, soit 93 000 personnes en 2014 .

Comment les intermittents sont-ils indemnisés ?

L’intermittent doit justifier de 507 heures de travail sur 10 mois , pour les techniciens, 10 mois et demi pour les artistes, avant d’obtenir une allocation de retour à l’emploi. Pour un chômeur "classique", c’est 610 heures sur 28 mois .

Mais pour un spectacle qui a duré deux heures, payé avec un "cachet", cela ne représente que 12 heures de travail pour l’artiste alors qu’il lui a fallu créer et répéter le spectacle !

Une fois que l’intermittent a atteint ses 507 heures, soit trois mois et demi de travail, il est alors indemnisé huit mois, tandis qu’un chômeur classique n’a droit qu’à un jour d’indemnité par jour travaillé.

Ce qui va changer

Les intermittents manifestent notamment contre le principe du "différé" . L’accord du 22 mars amplifie le différé d’indemnisation, c’est-à-dire le nombre de jours entre l’inscription au chômage et le début du versement des allocations . Ce différé est proportionnel au salaire perçu et aux nombres d’heures travaillées. Dans la majeure partie des cas, selon l’Unedic, il ne dépassera pas 12 jours.

Intermittents, ce qui va changer - Aucun(e)
Intermittents, ce qui va changer