Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un an de gilets jaunes : Fleur, gilet jaune landaise, revient sur son année au sein du mouvement

-
Par , France Bleu Gascogne

Un an après le début du mouvement des gilets jaunes, Fleur, une landaise de 51 ans qui fait partie du mouvement, revient sur cette année de lutte, de partage et de solidarité, et tire son bilan à l'occasion du premier anniversaire d'une contestation qui a marqué le pays.

Les "gilets jaunes" landais toujours mobilisés
Les "gilets jaunes" landais toujours mobilisés © Radio France - Paul Ferrier

Aire-sur-l'Adour, France

France Bleu Gascogne a rencontré Fleur, une gilet jaune landaise de 51 ans, qui vit à Classun. Depuis novembre 2018, chaque week-end, elle s'est mobilisée sur les ronds-points landais, notamment celui de Barcelonne-du-Gers. Elle y retournera ce samedi 16 novembre, pour le premier anniversaire du mouvement. Les gilets jaunes ont un an ce weekend. Un année qui a changé la vie de Fleur.  

France Bleu Gascogne : en un an, qu'est-ce que le mouvement des gilets jaunes vous a apporté ?

Fleur : pas grand-chose sur le plan des revendications, mais beaucoup de rencontres et beaucoup de partage. Beaucoup d'amitiés ce sont liées aussi, et une énorme solidarité. Souvent on nous soutenait, il y avait beaucoup de gens qui venaient pour prendre le café avec nous, pour discuter car ils avaient besoin de discuter. Donc il y a eu un grand élan de solidarité qui fait chaud au cœur quand même. Moi je n'avais jamais connu ça, ce grand mouvement de solidarité, entre gens qu'on ne connaît pas du tout et qu'on apprend à connaître. Et puis finalement on se retrouve tous ensemble, presque tous pareils.

Est-ce que ce mouvement vous a changée ?

Oui, moi ça m'a poussée à aller davantage de l'avant, puisque je suis quelqu'un qui me mettait toujours un petit peu en retrait, et finalement je me suis rendue compte qu'il ne faut pas avoir peur de dire ce que l'on pense. Ça a aussi un petit peu changé ma vie et mon quotidien, parce que c'était beaucoup de stress, beaucoup de temps sur le terrain, et moins auprès des proches. 

Après un an, que veulent dire pour vous à présent les mots "gilets jaunes" ?

Pour nous, c'est déjà une famille, et une lutte. Une lutte contre cette politique qui nous tue petit à petit, et à petit feu. Le pire c'est que nous n'avons pas été entendus au bout d'un an. Donc résultat pour l'instant tout cela n'a servi à rien, et ça continue, ça devient dramatique, on ne vit plus.

Le bilan, c'est que rien n'a changé ? Que tout ce mouvement n'a servi à rien ?

Non, ça n'a pas servi à complètement rien par rapport à nos revendications parce que ça a quand même permis à d'autres mouvements de grèves de se déclarer, comme les agriculteurs, comme les hôpitaux, comme la SNCF. Les gens dans leur tête ont réfléchi à beaucoup de choses. Certains se sont rendus compte, qu'on est tous un peu gilet jaune quelque part, qu'on le veuille ou non. Et on voit bien d'ailleurs que tout le monde manifeste aujourd'hui : regardez les hôpitaux en ce moment !

Qu'allez vous faire à présent ? Allez-vous continuer à manifester ?

Oui bien sûr, je vais continuer tous les weekends, jusqu'à ce que nous soyons entendus haut et fort, et qu'enfin les politiques nous donnent des réponses. Parce que nous n'avons pas été entendus du tout. Pour l'instant la bataille n'a pas été gagnée, mais on ne lâchera pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu