Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

INTERVIEW - Le maire de Gajac espère une loi pour protéger les bruits de la campagne

-
Par , France Bleu Gironde

Les bruits de la campagne seront-ils protégés par la loi ? Une proposition de loi soutenue par le ministre de la Culture Franck Riester est examinée dans l’hémicycle ce jeudi. "Si ce n'est pas protégé, on va à la catastrophe" pour Bruno Dionis du Séjour, maire de Gajac dans le Sud Gironde.

Le maire de Gajac dans le Sud Gironde, Bruno Dionis du Séjour
Le maire de Gajac dans le Sud Gironde, Bruno Dionis du Séjour © Maxppp - Dejeans Arnaud

Ce mercredi 22 janvier, la commission des affaires culturelles de l'Assemblée Nationale a validé une proposition de loi pour protéger le patrimoine sensoriel de la France. Une idée du député de Lozère, Pierre Morel-à-l’Huissier (UDI-Agir et Indépendants) qui a obtenu l'appui de toutes les sensibilités politiques.

Le texte présenté ce jeudi 30 janvier à l'Assemblée Nationale est soutenu par le maire de Gajac dans le Sud Gironde. Il s'était rendu célèbre, cet été, pour avoir proposé d'inscrire les bruits ruraux au patrimoine de l’Unesco. Le chant du coq, l’aboiement familier du chien, la cloche de l’église, le meuglement des vaches, le braiment de l’âne, le pépiement des oiseaux... Bruno Dionis du Séjour veut que tout soit protégé contre les procès. Interview.

France Bleu Gironde : Attendez-vous beaucoup de cette loi ?

Bruno Dionis du Séjour : Oui parce que si, en France, les gens qui attaquent les animaux en justice se retrouvent eux-même pénalisés, ça arrêtera vite les procès. Aujourd'hui, ce sont les plaignants qui ont raison. Si la loi dit "vous ne pouvez plus attaquer les animaux", les vaches, les cochons, les ânes, les brebis et les bruits de la ferme, les moissonneuses-batteuses, les tracteurs, tout le matériel, c'est différent. Si ce n'est pas protégé, on va à la catastrophe ! Certaines personnes arrivent à la campagne et ne supportent pas les bruits de la campagne. Alors qu'elles retournent en ville ! Les cloches des églises, c'est pareil, elles ont donné l'heure aux habitants pendant des siècles parce que les gens n'avaient que ça pour connaître l'heure. C'est un point de repère. Pourquoi vouloir les arrêter ces cloches ?

Que s'est-il passé depuis cet été et votre demande d'inscription des bruits de la campagne au patrimoine mondial de l'Unesco ?

Nous avons reçus beaucoup de soutiens du monde entier, verbalement et pécuniairement. Nous avons créé une association, L'Écho de nos campagnes, pour venir en aide aux ruraux attaqués à cause des "bruits" et ils sont très nombreux en France. Nous avons déjà aidé deux éleveurs qui ont été massacrés par la loi et j'ai d'autres cas en tête. 

Lesquels en particulier ?

On peut parler déjà du cheval Sésame qui fera sans doute jurisprudence, malheureusement. C'est un viticulteur qui avait l’habitude d'utiliser son tracteur et qui a voulu acheter un cheval pour travailler ses vignes. Tout le monde a applaudi mais le problème c'est que ce cheval a été mis dans une pâture et donc il a fait comme tous les chevaux : du crottin.Le voisin a amené le cheval en justice et il a gagné ! Le propriétaire du cheval se retrouve donc avec une dette de 4.000 euros ! Comment ça se fait que le voisin puisse attaquer le cheval et même gagner le procès ? C'est ça qui est complètement fou ! Ceux qui disent qu'il faut revenir à plus de nature, ce n'est même pas la peine puisque vos voisins vous attaquent et ils gagnent...

Je pense aussi, plus près de chez nous, aux grenouilles de Grignols en Dordogne. Les grenouilles, elles, n'appartiennent à personne ! Elles cherchent un endroit pour pondre leurs œufs, elles choisissent elles-même, ce n'est pas quelqu'un qui va les chercher pour les mettre dans une marre. Alors qu'est-ce qui se passe ? La justice dit "les grenouilles embêtent votre voisin donc il faut vider la marre" et donc les faire mourir. Seulement les grenouilles sont protégées... Ça n'a rien de logique !

C'est bien de dire aux gens, vivez mieux, plus près de la nature, vivez plus ceci ou cela mais quand ils le font, il faut qu'ils soient protégés !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu