Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Notre activité a beaucoup augmenté depuis 15 jours, c'est très tendu" (SOS Médecins)

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie

Jean-Christophe Masseron est le président national de SOS Médecins, il exerce également en Savoie. Ce jeudi, à l'issue de sa nuit de garde, il est l'invité de France Bleu Pays de Savoie et raconte le quotidien de ces médecins de ville, aux premières loges pour constater la propagation du Covid-19.

L'activité de SOS Médecins est très tendue à cause du Covid-19
L'activité de SOS Médecins est très tendue à cause du Covid-19 © Maxppp - Maxppp

A l'issue de sa nuit de garde en Savoie, Jean-Christophe Masseron est l'invité de France Bleu Pays de Savoie ce jeudi matin. Celui qui est aussi le président national de SOS Médecins raconte comment les médecins de ville constatent eux-aussi la propagation de l'épidémie de Covid-19. 

Nous avons atteint les chiffres d'activité hivernaux alors que nous ne sommes pas encore en novembre. C'est préoccupant.

"On est assez débordés, il faut bien le reconnaître"-Jean-Christophe Masseron

France Bleu Pays de Savoie : A l'issue de cette garde de nuit, racontez-nous comment vous êtes sollicités...

Jean-Christophe Masseron : Très clairement, notre activité depuis 15 jours s'est particulièrement tendue et encore cette nuit avec une occupation très importante de tout ce qui touche au Covid-19. Très clairement, c'est la maladie qui circule tout de suite. 

Qui est touché, qui vous appelle ?

On a toutes les tranches de la population touchées, mais on a l'impression qu'il y a peut-être moins de cas graves même si on en voit quelques-uns. On a l'impression que les populations les plus fragiles comme les personnes âgées se protègent correctement. Ce qu'on appelle "les tableaux cliniques" sont modérés, mais avec un nombre très important de publics touchés et de sujets contacts à gérer.

Arrivez-vous encore à faire face à SOS Médecins ? 

Comme tous nos collègues de ville, on est un peu débordés, il faut bien le reconnaître. Les gens ont des difficultés à nous joindre car nous avons atteint les chiffres d'activité hivernaux alors que nous ne sommes pas encore en novembre. C'est préoccupant. On est au maximum de nos moyens, les gens sont obligés d'attendre un peu pour se faire soigner. Les urgences arrivent à passer car on est connecté avec le SAMU, mais c'est compliqué pour les gens de consulter un médecin et de se faire tester. 

Le reconfinement annoncé mercredi soir peut-il avoir un effet rapide ?

On sait qu'au delà de 15 jours de confinement on commence à avoir des effets, mais seront-ils suffisants pour alléger notre travail ? Je n'en suis pas certain. Le reconfinement annoncé est un peu plus souple qu'au printemps. On aura des effets rapides, mais il faut un coup d'arrêt brutal et pas des effets modestes car les services de réanimation commencent à se remplir et le nombre de cas augmente très vite. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess