Société

Isère : les villageois de Saint-Ismier se déchirent pour des toboggans

Par Jules Brelaz, France Bleu Isère et France Bleu jeudi 29 décembre 2016 à 20:21

C'est l'association syndicale libre La Fontaine Amélie qui a déposé plainte pour réclamer le démantèlement des jeux du parc municipal de Saint-Ismier.
C'est l'association syndicale libre La Fontaine Amélie qui a déposé plainte pour réclamer le démantèlement des jeux du parc municipal de Saint-Ismier. © Radio France - Jules Brelaz

A Saint-Ismier, une association de riverains a déposé plainte pour obtenir le démantèlement de jeux en bois installés dans un parc municipal. Ces voisins se plaignent de nuisances sonores, tandis que des parents montent au créneau pour défendre au contraire les toboggans...

Posée sur le flanc sud de la Chartreuse en face du massif de Belledonne, Saint-Ismier est une commune a priori paisible. A priori seulement car depuis plusieurs mois une querelle de clocher divise les Saint-Ismerusiens. Dans le parc municipal de la commune, des jeux pour enfants ont été rénovés l'an dernier par la mairie, les infrastructures précédentes ne répondaient plus aux normes de sécurité. En bois et ludiques, ces nouveaux toboggans font le bonheur des enfants et de leurs parents, mais le malheur de certains riverains.

Des toboggans au cœur d'une polémique dans le village isérois de Saint-Ismier

Les cris d'enfants c'est mignon mais... pénible

Dénonçant pèle-mêle des nuisances sonores, des cris d'enfants, des adolescents qui fument et boivent des bières la nuit dans les jeux ainsi que des déjections canines, ces voisins mécontents ont déposé plainte il y a deux mois devant le tribunal administratif de Grenoble pour réclamer le démantèlement des toboggans et autres installations.

"Les jeux sont trop près des habitations"

Regroupés au sein de l'association syndicale libre La Fontaine Amélie, ces riverains estiment d'ailleurs que les jeux sont illégaux. Pour preuve, ils citent une clause de"non aedificandi" interdisant toute construction sur le site. Cette clause serait présente dans l'acte de cession du terrain à la mairie réalisé il y a plus de trois décennies. Selon ces riverains, les nuisances causées par les jeux pour enfants auraient même fait chuter les prix de leurs biens immobiliers.

L'un des toboggans à l'origine de la polémique à Saint-Ismier - Radio France
L'un des toboggans à l'origine de la polémique à Saint-Ismier © Radio France - Jules Brelaz

1000 signatures recueillies par une pétition pro-toboggan

En face des riverains mécontents, un autre camp défend au contraire les toboggans. Des parents ont lancé une pétition pour réclamer le maintien des jeux du parc. Charlotte, une mère de famille, ne comprend pas cette polémique. "C'est révoltant, hallucinant, on marche sur la tête!"

Bah ce sont des enfants, donc oui ça fait du bruit !

Henri Baile, le maire de Saint-Ismier, déplore une querelle inutile. Trois réunions publiques de concertation ont eu lieu avant la rénovation des jeux du parc et aucun riverain n'a manifesté son opposition, rappelle l'élu. "Je comprends qu'il puisse y avoir des gens qui soient dérangés parce qu'il y a des enfants mais un village sans enfant, c'est une maison de retraite à ciel ouvert" conclut Henri Baile.

Même les riverains mécontents reconnaissent que les jeux sont ludiques, décoratifs, et qu'ils s’intègrent dans le paysage - Radio France
Même les riverains mécontents reconnaissent que les jeux sont ludiques, décoratifs, et qu'ils s’intègrent dans le paysage © Radio France - Jules Brelaz