Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Isère : plusieurs associations saisissent la justice contre l'ouverture anticipée de la chasse

mardi 24 juillet 2018 à 17:40 Par Camille Revel, France Bleu Isère

Plusieurs associations et collectifs de défense de l'environnement réclament l'annulation de l'ouverture anticipée de la chasse au sanglier et au cerf Sika en Isère. Pour cela, ils saisissent la justice contre l'arrêté préfectoral qui l'autorise.

La chasse au sanglier est ouverte dès cet été en Isère (photo d'illustration)
La chasse au sanglier est ouverte dès cet été en Isère (photo d'illustration) © Maxppp - Collection Watier

Isère, France

Le préfet de l'Isère a tranché : la chasse au sanglier et au cerf Sika est autorisée dès cet été - et elle le sera aussi à l'été 2019. Objectif de cette ouverture anticipée : faire face à la surpopulation, source de dégâts dans les cultures. Cette décision n'est pas du goût de plusieurs associations de défense de l'environnement, qui ont décidé de saisir la justice afin d'obtenir son annulation. Derrière ce dépôt de référé-suspension, on trouve le collectif "La Nature sans se faire tirer dessus", et les associations ASPAS, FRAPNA Isère et Mountain Wilderness.

"C'est un vrai carnage écologique et biologique" - Madline Reynaud, directrice de l'ASPAS 

Pour Madline Reynaud, directrice de l'ASPAS, ce qui l'inquiète, c'est le type d'armes utiliser pour la chasse au grand gibier : "Ce sont des espèces pour lesquelles ont utilise des balles très performantes, super puissantes, projetées à une vitesse comprises entre 700 et 1040 m/s", et si elles se perdent assure-t-elle, "ça peut être dramatique pour les promeneurs - et les promeneurs comme les touristes sont nombreux en été en Isère ! C'est scandaleux et dangereux." 

Elle rappelle qu'au cours des dernières années, huit accidents de chasse ont eu lieu, dont un mortel : en octobre 2015, à Revel, un promeneur de 20 ans est mort tué par balle sur un sentier de randonnée. 

Pour Guillaume Laget, du collectif "La Nature sans se faire tirer dessus", "le préfet n'est pas très prudent en autorisant la chasse tout l'été".

"Un réel dérangement pour les espèces qui ne sont pas chassables"- Madline Reynaud, directrice de l'ASPAS

Pour Madline Reynaud, la faune aussi pâtit d'une ouverture anticipée de la chasse : "C'est un réel dérangement pour toutes les espèces qui ne sont pas chassables, c'est une période où il y a encore beaucoup de petits qui ne sont pas sevrés. C'est un vrai carnage écologique et biologique d'autoriser un vrai dérangement en ce moment dans la nature." Avis partagé par Guillaume Laget : "Cela va forcément amener du dérangement et de la gêne pour toutes les autres espèces. Ce n'est pas pour rien que la chasse n'ouvre normalement qu'en septembre."

L'audience de référé aura lieu le 31 juillet à 14 heures devant le tribunal administratif de Grenoble.