Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Issoire : cuisiner ensemble pour se comprendre et vivre ensemble

lundi 12 mars 2018 à 6:09 Par Dominique Manent, France Bleu Pays d'Auvergne

A Issoire, dans le Puy-de-Dôme, le Secours Catholique, le Secours Populaire et les Restos du Coeur ont mis en place une cuisine à destination des migrants. Mais ce qui devait être une simple distribution de repas chauds s'est transformée en un vrai moment de partage, de rencontre et d'échange.

Valérie, bénévole, et quelques migrants en pleine préparation du repas
Valérie, bénévole, et quelques migrants en pleine préparation du repas © Radio France - Dominique Manent

Issoire, Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Voilà un an que l'idée a germé. L'hiver dernier, le Secours Catholique d'Issoire a souhaité proposer des repas chauds aux migrants logés temporairement dans un hôtel où ils ne peuvent pas cuisiner. En partenariat avec le Secours Populaire et les Restos du Coeur, l'association a donc monté une cuisine dans un local prêté par la mairie et équipé avec du matériel récupéré ici ou là. Depuis la fin janvier et jusqu'à la fin mars, bénévoles et migrants s'y retrouvent trois jours par semaine. Chacun donne un coup de main pour préparer le déjeuner.

Faire une mayonnaise et apprendre l'alphabet

Autour du plan de travail, il y a Valérie, qui est bénévole, et plusieurs jeunes femmes migrantes qui découvrent la cuisine française. Ce jour-là, Valérie leur explique comment faire une mayonnaise. Venues de Géorgie, de Serbie ou du Kosovo, elles font aussi goûter leurs propres recettes. Taïbe, 33 ans, prépare une moussaka à la mode kosovare. Elle parle très peu français mais connait le nom des ingrédients. Récemment, mettre le couvert a été l'occasion d'apprendre l'alphabet. "Je suis contente" témoigne la jeune femme qui vient d'égrener, presque parfaitement, les 26 lettres.

Tout le monde à la même table

"Il a fallu du temps pour en arriver là" explique Philippe Chevrette, responsable du Secours Populaire d'Issoire. Les femmes ont été invitées à participer, puis les hommes ont suivi. Ils mettent le couvert ou font la vaisselle. Jeanine, bénévole au Secours Catholique, observe qu'au fil du temps les relations ont changé : "selon les nationalités, au début, ils avaient tendance à se regrouper. Il y avait une table de géorgiens et une autre table de serbes et de kosovars et maintenant avec le temps, à table, ils se mélangent. C'est une victoire. Ils sont en train de créer quelque chose qui va les aider après. _La tolérance, l'interculturel, ça passe par la nourriture_"