Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Coronavirus

"J'ai besoin de revenir petit à petit à la vie normale", dit la Tourangelle en quarantaine depuis 14 jours

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Les 181 premiers Français rapatriés de Chine et maintenus en quarantaine depuis 14 jours à Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône sortent ce vendredi. Parmi eux, Béatrice, une habitante de Fondettes, près de Tours. Cette femme de 59 ans raconte comment elle a vécu ces deux semaines.

Depuis 14 jours, les 181 français rapatriés de Chine au début de l'épidémie de Coronavirus sont reclus dans un centre de vacances des Bouches-du-Rhône.
Depuis 14 jours, les 181 français rapatriés de Chine au début de l'épidémie de Coronavirus sont reclus dans un centre de vacances des Bouches-du-Rhône. © Maxppp - Frank Muller/PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

C'est l'heure de la sortie pour Béatrice la Fondettoise et les 180 autres français rapatriés de Chine au début de l'épidémie de coronavirus. Ils ont été maintenus en quarantaine depuis 14 jours à Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône. Ils quittent ce vendredi en cours de matinée le centre de vacances dans lequel ils étaient confinés. Béatrice, 59 ans, considère que le séjour a été aussi agréable que possible, mais elle commençait tout de même à trouver le temps long. Elle est aussi préoccupée pour son mari qui a choisi de rester à Wuhan pour s'occuper de l'entreprise de 40 personnes qu'il dirige.

"Ce sont des vacances forcées, mais qui étaient malgré tout agréables" Béatrice

"Les journées étaient rythmées par les repas, les prises de température matin et soir, les visites des médecins, mais aussi par de nombreuses animations comme de la lecture, des jeux de société. J'ai fait du Thaï-Chi, j'ai passé du temps avec les amis qui étaient avec moi. Ce sont des vacances forcées mais qui étaient malgré tout agréables. Ce qui m'a pesé pendant ces deux semaines, c'est l'inquiétude d'avoir mon mari à Wuhan". 

Les derniers jours sont un peu longs, mais sinon, vraiment rien à dire". Béatrice

"Bon, les derniers jours sont un peu longs, on a tous un peu hâte de partir, mais sinon, vraiment, rien à dire. On a été très bien pris en charge par la Croix-Rouge, la sécurité civile et l'ARS. Rien à dire au niveau des repas et des activités pour les enfants, par exemple...et tout ça dans un décor assez fabuleux et un confort auquel on ne se serait pas attendu au départ". 

Béatrice raconte ses souvenirs du séjour à Carry-le-Rouet

Quelques jours chez sa fille, à Lyon, avant de revenir en Touraine

Béatrice va quitter les Bouches-du-Rhône en train, ce vendredi matin, direction Lyon : "Je ne vais rentrer en Touraine qu'en début de semaine prochaine. Je vais aller passer quelques jours chez ma fille, à Lyon. J'ai besoin aussi de revenir petit à petit à la réalité, à la vie normale...si on arrive à retrouver une vie normale après cette expérience un peu  particulière".

Et maintenant?

"Ce qui m'a pesé pendant ces deux semaines, c'est l'inquiétude d'avoir mon mari à Wuhan". Béatrice

"A mon niveau, ce qui pose problème, c'est que mon mari soit resté en Chine. Je l'appelle tous les matins pour savoir comment il va parce qu'il est confiné dans notre maison, à Wuhan. Lui est assez serein, il garde le moral. En revanche, ils n'ont aucun détail quant à la réouverture des entreprises".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu