Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

"J'ai peur que la même chose arrive à ma mère", 1.500 castelroussins ont rendu hommage à Samuel Paty

-
Par , France Bleu Berry

Ce dimanche à 15 heures, tout le pays a rendu hommage à Samuel Paty, cet enseignant tué vendredi dernier pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, dans les Yvelines. En Berry, 1.500 personnes se sont rassemblées à Châteauroux, un millier à Bourges.

1.500 personnes se sont rassemblées à Châteauroux pour rendre hommage à Samuel Paty
1.500 personnes se sont rassemblées à Châteauroux pour rendre hommage à Samuel Paty © Radio France - Elodie Rabelle

Ce dimanche, à 15 heures, tout le pays a rendu hommage à Samuel Paty, cet enseignant des Yvelines, tué vendredi dernier pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. Des rassemblements ont eu lieu à Paris, Bordeaux, Rennes... En Berry aussi.  Près de 2.500 personnes ont répondu à l'appel du SNES-FSU. Ils étaient un millier place du 8 mai 1945 à Bourges et 1.500 à Châteauroux. 

Je suis enseignant

La place de la République à Châteauroux était noire de monde ce dimanche après-midi. 1.500 personnes ont répondu à l'appel des syndicats enseignants à se rassembler pour rendre hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire assassiné vendredi dernier pour avoir montré des caricatures à ses élèves. De nombreux enseignants, de primaire, collège ou lycée étaient présents aux côtés de personnels éducatifs. Présents également, des citoyens concernés, et de nombreux élus du département. 

Une minute de silence a précédé des prises de paroles. La Marseillaise a été entonnée après un appel à l'unité nationale. 

Défendre les valeurs de la République

Nombreux sont ceux venus avec leurs enfants à ce rassemblement "pour leur apprendre les valeurs, leur expliquer ce qui s'est passé", explique Franck, venu avec sa fille de six ans. Natacha, une caricature de Charlie Hebdo agrafée à sa veste, espère transmettre à son fils que l'on peut "être d'accord, ou pas d'accord, mais qu'il faut garder en soi les valeurs de partage et de cohésion". 

Certains portaient des pancartes "Je suis enseignants", d'autres, des caricatures de Charlie Hebdo
Certains portaient des pancartes "Je suis enseignants", d'autres, des caricatures de Charlie Hebdo © Radio France - Elodie Rabelle

Une pancarte "Je suis enseignant" à la main, Yannick tient à ce que sa fille comprenne ce que Samuel Paty a voulu transmettre à ses élèves, à savoir  qu'en France, "on a la liberté d'expression, qu'on a le droit de dire les choses, et qu'il ne faut pas que ça, ça s'arrête". 

L'hommage des enfants au professeur assassiné 

Aux côté des adultes, de nombreux enfants étaient présents aux côtés de leurs parents qui leur ont expliqué la raison de leur venue. Tous sont choqués "tuer des gens, c'est mal", commence Esther, 10 ans, "tuer un professeur d'histoire-géo parce qu'il a fait son cours, c'est affreux". Elia, 8 ans est venue avec des fleurs "pour rendre hommage" à Samuel Paty, son grand-frère Maël "ne comprend pas comment on peut tuer pour avoir montrer des dessins". Dans les bras de sa maman, professeure à Châteauroux, Hugo se dit "touché au cœur" par la mort de l'enseignant des Yvelines, il confie "j'ai peur qu'il arrive la même chose à ma maman". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess