Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2019

"J'ai trouvé des copains ici" : les au-revoir des éleveurs au Salon de l'agriculture à Paris

dimanche 3 mars 2019 à 20:01 Par Théo Hetsch, France Bleu Paris et France Bleu

Les chèvres, vaches, moutons, chevaux sont de retour dans les exploitations - ou sur le point de l'être. La 56ème édition du Salon de l'Agriculture a fermé ses portes ce dimanche après 10 jours intenses, avec notamment 25 exposants représentant la région Île-de-France, sans compter les éleveurs.

"L'ambiance était moins morose que ces trois-quatre dernières années" au Salon de l'agriculture, estime Stéphane, un éleveur habitué du Salon.
"L'ambiance était moins morose que ces trois-quatre dernières années" au Salon de l'agriculture, estime Stéphane, un éleveur habitué du Salon. © Radio France - Théo Hetsch

Paris, France

Laurent, éleveur de vache ferrandaise, de Clermont-Ferrand, "squatte" au stand d'île de France. Il prend un dernier café avec un collègue, rencontré sur le salon : "Moi j'ai trouvé des copains ici, c'est une petite famille, il y a les enfants des uns et des autres qui sont là, c'est très sympa, rigole l'éleveur, on se demande souvent si l'on est tout seul dans la galère mais en discutant ici avec d'autres éleveurs, ça fait plaisir, ça redonne espoir". Après la fermeture du salon de l'agriculture ce dimanche 3 mars, il va donc rejoindre son exploitation, des souvenirs pleins la tête.

On se demande souvent si l'on est tout seul dans la galère mais en discutant ici avec d'autres éleveurs, ça fait plaisir, ça redonne espoir"

Constat très positif aussi pour Stéphane, éleveur de moutons de race "Île-de-France". Et qui a pu rencontrer beaucoup de clients : "L'ambiance était moins morose que ces trois-quatre dernières années, raconte cet habitué du Salon de l'agriculture, et puis on sent que les aspirations des consommateurs changent : auparavant, on avait beaucoup de questions sur notre travail au quotidien, sur la façon de nourrir les bêtes, alors qu'aujourd'hui, on nous interroge beaucoup sur le bien-être animal et les races françaises".

25 exposants représentaient la région Île-de-France, sans compter les éleveurs. - Radio France
25 exposants représentaient la région Île-de-France, sans compter les éleveurs. © Radio France - Théo Hetsch

C'est une évolution de fond selon la présidente du salon, Valérie Le Roy, d'autant plus que le salon a débuté en pleine crise de la peste porcine et aux premiers jours du procès Spanghero (le scandale de la viande de cheval) : "On a un public pro-actif qui vient beaucoup moins novice qu'il y a 3-4 ans en arrière. Cela ne refroidit pas forcément les éleveurs : on arrive à 1 054 exposants cette année, on était autour de 1 080 l'an dernier, ça reste une bonne représentativité et ça montre que les éleveurs et producteurs ont envie de parler de leur métier". "Et c'est utile, ajoute la directrice, 46% de nos visiteurs, quand on les interroge à la sortie, disent qu'ils ont appris quelque chose en matière d'agriculture".

Et pour certains le salon, ça a été un peu le jackpot. Comme pour Ottman Beirouk, gérant de la ferme de Sigy en Seine-et-Marne. Lui a même décroché de nouveaux contrats : "J'ai rencontré des nouveaux clients dans la restauration collective, qui servent les cantines, les restaurants d'entreprises, etc... Sans le salon de l'agriculture, on n'aurait jamais l'occasion d'avoir accès à ces gens-là". Pas le temps souffler donc pour les 25 exposants, représentant la région Ile-de-France, sans compter les éleveurs. Déjà, le travail les attend...