Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Violence contre les arbitres : une plaquette d'information et de sensibilisation distribuée aux clubs de l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

Des insultes souvent, des bousculades parfois, des agressions heureusement plus rarement : les arbitres ne sont pas épargnés par la violence sur les terrains de football. Une plaquette d'information va donc être distribuée aux présidents de club en région Centre-Val de Loire.

Un arbitre de touche (photo d'illustration)
Un arbitre de touche (photo d'illustration) © Maxppp - Sébastien Jarry

Châteauroux, France

Une bouteille de bière pour frapper à la tête un arbitre. L'agression s'est produite le 24 février, à la fin d'un match de football entre Argy et Poulaines. Dans le public, une femme de 26 ans insulte et agresse l'arbitre. Elle sera jugée en novembre par le tribunal correctionnel de Châteauroux. De tels actes sont rares, heureusement. Mais cela illustre les tensions parfois vives sur la pelouse et au bord du terrain. Des tensions dont les arbitres sont souvent les premières victimes. "Il faut être très fort mentalement. C'est dur d'entendre des insultes qui visent ta famille", confie Julien Chabot.

Sensibiliser dès le plus jeune âge

Après vingt ans d'arbitrage, il raccroche les crampons à la fin de la saison 2018-2019. "Ça a joué un grand rôle dans ma décision d'arrêter. C'est vraiment dur. _Je n'emmène jamais mes enfants au stade. Je ne veux pas qu'elles entendent toutes ces insultes quand j'ai un maillot d'arbitre_", souffle Julien Chabot. Et même lorsqu'il va voir un match de foot avec des amis, il lui arrive d'être reconnu et d'être la cible d'insultes.

Être arbitre, ce n'est pas facile tous les jours", Julien Chabot

"Ce que je regrette surtout, c'est au niveau des jeunes. _Les parents et les éducateurs qui jettent de l'huile sur le feu. Certains ne font pas correctement leur travail_", regrette Jacques Valeur, vice-président de l'union des arbitres de football. Pour lui, le problème vient essentiellement de la concurrence de plus en plus rude entre les jeunes. "Les matchs sont devenus une compétition comme si on jouait une finale de Coupe du monde", estime-t-il.

C'est pour cela qu'une plaquette d'information va être distribuée à l'ensemble des clubs du district de football de l'Indre, pour rappeler les sanctions en cas de débordements. "Les présidents sont déjà conscients des problèmes. Ils font déjà beaucoup mais il faut aussi le redire", explique Marc Touchet, le président du district de l'Indre.

Des sanctions pourtant déjà très fermes

Les commissions de disciplines sont aussi très engagées dans cette lutte contre les débordements. Des amendes, des suspensions de huit mois pour une bousculade : l'échelle des sanctions est très grande. "On peut déléguer un observateur, quelqu'un en plus qui peut faire la police du terrain. En cas de match à risques, on peut aussi faire un signalement aux forces de police ou de gendarmerie. Mais vous comprendrez bien qu'ils n'ont pas que ça à faire", poursuit Marc Touchet.

Aux arbitres aussi de se remettre en question

Les joueurs, leur entourage, les éducateurs : les responsables sont nombreux. Mais il ne faut pas oublier non plus certains arbitres. "Attention, il faut que l'arbitre soit aussi correct que l'éducateur. Il faut absolument que tout le monde joue le même jeu. Un arbitre peut faire une erreur, c'est humain. C'est important de le reconnaître. Il ne faut respecter les joueurs", confirme Dominique Berneron, arbitre et observateur depuis plus de 30 ans dans l'Indre. Leur formation pour faire face à des situations conflictuelles n'est pas forcément suffisante. Des formations avec des psychologues vont également être proposées aux arbitres.