Société

Jacques Marchal (Secours Populaire à Belfort) : "Le dentiste ou les lunettes, trop chers pour certaines familles"

Par Hajera Mohammad, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 6 septembre 2016 à 9:09

Logo de l'association Secours Populaire Français
Logo de l'association Secours Populaire Français © Maxppp -

Le Secours Populaire publie ce mardi son baromètre annuel sur la pauvreté en France. Et le constat est accablant : près de cinq millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, avec moins de 987 euros par mois. Près de trois millions sont bénéficiaires de l'association.

Le Secours Populaire du Territoire de Belfort accueille 250 familles, "des jeunes sans ressources, des étudiants, des travailleurs pauvres" , précise Jacques Marchal, bénévole depuis 25 ans et ancien responsable de l'association dans le département. Les chiffres du rapport publié ce mardi sur la pauvreté en France ne l'étonnent pas. Surtout ceux sur l'accès aux soins. Un tiers des Français interrogés renoncent à aller chez le dentiste. Les adultes préfèrent offrir des soins à leur enfant, quitte à s'en priver eux-mêmes.

50% des Français les plus pauvres renoncent au dentiste

"Quand on accueille ces gens à notre permanence, on fait un peu relais-santé. On leur donne des conseils, les guide pour qu'ils sachent qui consulter ou on les incite à faire des bilans santé gratuits à la caisse primaire d'assurance maladie" , explique Jacques Marchal. Mais c'est parfois difficile, les bénéficiaires ont un certain tabou, une honte de parler de leur problème de santé. Les dépenses prioritaires pour eux restent "l'alimentaire et les dépenses pour leurs enfants" , affirme le bénévole.

Le frigo à remplacer, c'est une catastrophe financièrement pour certaines familles - Jacques Marchal

Autre information de cette enquête Ipsos: plus d'un Français sur deux pensent que leur quotidien est menacé par la pauvreté. Et cela concerne aussi ceux qui gagnent plus de 1.000 euros par mois et qui sont donc au-dessus du seuil de pauvreté officiel. Jacques Marchal en aide beaucoup à Belfort. "Ce sont des familles qui ont des revenus, mais très précaires. Les charges sont quasiment équivalentes aux ressources. Au moindre problème, par exemple un frigo qui tombe en panne d'un coup, et bien c'est la catastrophe. Impossible de s'en sortir" , déplore le responsable associatif.

Jacques Marchal, bénévole au Secours Populaire : "Se soigner, une difficulté pour les personnes aux ressources limitées"

Témoignage d'Alain, bénévole et bénéficiaire : "Avec 20 euros, je m'achète à manger, pas une place de concert"