Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Jacques Vabre - Maxime Sorel : "C'est une course qui me faisait rêver, je ne m'imaginais pas pouvoir la gagner !"

jeudi 23 novembre 2017 à 6:30 Par Charlotte Coutard et Armelle Rocque, France Bleu Mayenne et France Bleu

Maxime Sorel et Antoine Carpentier ont remporté ce mercredi soir la transat Jacques Vabre sur leur bateau mayennais V and B, dans la catégorie des class 40. ils ont accordé une interview à France Bleu Mayenne, quelques minutes après leur arrivée.

Le skippeur Maxime Sorel sur le bateau Mayennais V and B.
Le skippeur Maxime Sorel sur le bateau Mayennais V and B. - Compte Facebook de Maxime Sorel.

Laval, France

Ils l'ont fait ! Maxime Sorel et Antoine Carpentier remportent la transat Jacques Vabre, dans la catégorie des class 40, sur le bateau Mayennais V and B. Ils sont arrivés ce mercredi soir au Brésil, à 00h19, après 17 jours 10 heures 44 minutes et 15 secondes d'une course très serrée. Le podium ne s'est pas joué à grand chose.

V and B qui s'impose devant le bateau "Aïna Enfance et Avenir", il devance le deuxième de 17 minutes. Le bateau mayennais a battu le record de la distance en 24 heures en Class 40. Mais ce n'est pas tout. V and B bat le record de la traversée en class 40, qui datait de 2007. V and B a mis 5 jours de moins.

Revivez l'arrivée du bateau V and B et la joie des skippeurs !

France Bleu Mayenne : Maxime Sorel, quel finish ! Comment s'est passée la fin de la course ?

"Il y a eu un finish un peu hors du commun, avec notre famille qui nous a accueilli. C'est énorme de les voir nous accueillir sur le plan d'eau. Et surtout, ça fait depuis le début en fait qu'on est au contact avec les deux premiers. C'est une course qui a été vraiment fatigante moralement, physiquement. Et puis un finish en vainqueur, on a du mal à se rendre compte encore".

Qu'est-ce qui a fait la différence ?

"Ça fait trois jours qu'on navigue à vue, on navigue à tactique les uns les autres, à se placer par rapport au vent, par rapport à la ligne. On voit le concurrent, et c'est usant, parce qu'en fait chaque minute, chaque heure, on se réveille et il est à côté de nous, il avance un peu, il recule, et il faut être tout le temps sur les réglages, tout le temps à la barre. Faut rien lâcher pour pouvoir être devant".

Qu'est-ce que vous ressentez ?

"On ne réalise pas trop, c'est un peu l'euphorie de l'arrivée, tout le monde est là, c'est la fête. On partage tous ces moments, avec les partenaires, avec les gens qui nous entourent, et je pense qu'au réveil, on se rendra un peu compte de ce qui s'est vraiment passé. C'est vrai que c'est exceptionnel, on a gagné la Transat Jacques Vabre ! C'est une course qui me faisait rêver quand j'étais gamin, je ne m'imaginais pas pouvoir la gagner".

Vous allez faire la fête toute la nuit ?

C'est sûr ! On est au yacht club qui nous accueille. Ils nous ont offert un steak-frites, une bonne caïpirinha. Là on est en train de trinquer avec tous les gens qui sont venus pour nous féliciter.

Après 17 jours de course intense, Maxime Sorel et Antoine Carpentier méritent bien un bon repas chaud. - Aucun(e)
Après 17 jours de course intense, Maxime Sorel et Antoine Carpentier méritent bien un bon repas chaud. - D.R