Société

Jamais la police municipale de Tours n'avait fait autant d'heures supplémentaires

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine mercredi 28 septembre 2016 à 7:58

Illustration
Illustration © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Les policiers municipaux de Tours mis à contribution, comme jamais, surtout depuis l'attentat de Nice. Ils cumulent les heures supplémentaires, cinq fois et demi plus que l'an dernier alors que l'année n'est pas finie. La facture s'alourdit mais les tourangeaux ne paieront pas plus d'impôts.

On pouvait s'en douter, la facture sécuritaire de cette année s'annonce salée pour la ville de Tours. Avec les nouvelles mesures de sécurité imposées par la préfecture, surtout après l'attentat de Nice, les différents évènements qui ont eu lieu depuis le début de l'année ont couté cher à la mairie. Ses policiers municipaux (une centaine sur la ville) ont cumulé les heures supplémentaires, à un point jamais atteint jusqu'ici. Elles sont 5 fois et demi plus important que sur toute l'année 2015, alors qu'il reste encore plus de trois mois avant de boucler cette année.

Payer la municipale mais aussi les agents privés

La mairie va donc devoir régler la note, mais aussi celle de tous ces agents de sécurité privés auxquels elle a du avoir recours pour venir en renfort de ses policiers, mais dont elle refuse de donner le coût. Elle va également devoir payer les heures supplémentaires de ses propres agents, qui sur la base du volontariat, ont du remplacer les agents de sécurité privés sur leurs jours de repos.

Ce sont bien-sûr les différents évènements de l'été qui ont coûté cher : la fan zone de l'Euro de football, la foire à l'ail et au basilic, les 10 et 20 kilomètres, et surtout, la braderie. Le budget de la braderie 2016 a plus que triplé (par exemple, la seule utilisation de plots en béton a couté plus de 10.000 euros).

Pas de hausse d'impôts locaux promet la mairie

Le premier adjoint de Tours rassure, "c'est un effort financier oui, mais que nous sommes capables de tenir". Les économies budgétaires sur la masse salariale vont être repoussées. Le budget 2016 était à l'origine de 99 millions d'euros. Ce chiffre va être évidemment dépassé. Jacques Chevtchenko assure pourtant, que "ça n'aura aucune incidence sur les impôts locaux des tourangeaux".