Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Jauge lors des cérémonies religieuses : un nouveau recours déposé auprès du Conseil d'État

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Le président de la Conférence des évêques de France a déposé ce vendredi un recours en référé liberté auprès du Conseil d'État. Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort veut vérifier si la jauge des 30 personnes lors des messes est compatible avec le droit. Il va rencontrer le Premier ministre dimanche.

L'Archevêque de Reims doit rencontrer Jean Castex dimanche après-midi
L'Archevêque de Reims doit rencontrer Jean Castex dimanche après-midi © Maxppp - MARTIN BUREAU / POOL

Alors que les célébrations religieuses en public seront de nouveau autorisées dès ce samedi, la jauge des 30 personnes autorisées au sein des lieux de culte continue de faire débat. L’archevêque de Reims (Marne), également président de la Conférence des évêques de France, vient de déposer un recours en référé liberté auprès du Conseil d'État.

"Vérifier que le droit est bien respecté"

Le Gouvernement a décidé de maintenir cette jauge au moins jusqu'à la mi-décembre. Elle sera ensuite adaptée en fonction de la taille du lieu de culte, via une règle au mètre carré. En attendant, c'est 30 fidèles maximum, ce que ne comprennent pas certains évêques. "J'ai déposé un recours (...) car il est important de vérifier que le droit est bien respecté", écrit Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort, dans un tweet.

Je suis partagé entre la déception et la colère ; j’avais vraiment espéré mardi soir, lorsque le Président de la République m’a appelé, que nous parviendrions à une solution meilleure. - Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort aux diocésains de Reims.

Malgré la garantie d'un protocole sanitaire strict, l'archevêque de Reims n'a pas réussi à convaincre à court terme Emmanuel Macron, joint mardi soir. Il doit de nouveau rencontrer le Premier ministre Jean Castex dimanche à 18h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess