Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Jaulges, le regard change peu à peu sur les migrants

jeudi 24 novembre 2016 à 19:32 Par Kevin Dufreche, France Bleu Auxerre

L'arrivée d'une trentaine de migrants au total dans l'ancienne base militaire de Jaulges avait suscité quelques remous début novembre. Depuis, le maire du village dissipe les rumeurs et les malentendus. Aujourd'hui, ce sont les bonnes volontés qui se mettent en action.

Le petit village icaunais retrouve le calme après les quelques remous qui avaient accompagné l'arrivée des migrants
Le petit village icaunais retrouve le calme après les quelques remous qui avaient accompagné l'arrivée des migrants © Radio France - Kevin Dufrêche

Jaulges, France

L'annonce de leur arrivée avait provoqué quelques remous avant même qu'ils s'installent dans l'ancienne base militaire située en bordure du village. Une banderole hostile avait notamment été déployée, avant d'être retirée dès le lendemain.

Ils sont aujourd'hui trente à vivre dans ce centre. Et si des questions se posent toujours parmi les habitants, la vie a repris son cours après l'arrivé de ces nouveaux voisins.

Même perdu au milieu des bois, Abdallah se sent mieux que dehors place Stalingrad à Paris. Et ce Somalien est enjoué lorsqu'il parle de la France, et des Français.

"Les Français sont super !"

Abdallah, originaire de Somalie

Abdallah, migrant somalien : "Nous, on aime la France"

S'il reconnait qu'il y a encore de la méfiance, le maire Alain Lagarenne fait tout pour rassurer ses administrés, notamment en leur proposant d'aller voir le centre d'accueil et d'orientation.

Alain Lagarenne : "On doit aller vers eux avec un coeur ouvert"

Les bonnes volontés s'organisent, en allant proposer leur aide au près de la Croix-Rouge. Pour l'instant, tout cela n'en est qu'au stade des propositions, mais certains veulent donner de leur temps. Comme cette habitante, pour qui c'est une chose d'aider au camp, mais c'est aussi important de discuter avec les locaux, pour faire changer le regard, et pour éviter les dérives.

"Il faut une communication positive"

Même son de cloche chez Barbara. Cette franco-américaine, retraitée de l'Éducation nationale, sort d'une réunion avec les responsables de la Croix-Rouge, pour voir ce qu'il est possible de de mettre en place.

"On voudrait organiser des matchs de foot, par exemple, avec les jeunes !"

Barbara, habitante de Jaulges

Barbara : "Je suis habitante du village, mais aussi habitante de la planète"

Au centre la priorité reste pour le moment d'améliorer les conditions d'accueil. Mais on réfléchit à des rencontres avec les habitants. Peut-être début 2017, autour d'une galette des rois.