Société

"Je lui dois la vie": une bénéficiaire de greffe de moelle osseuse témoigne

Par Rebecca Gil et François Desplans, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 2 avril 2015 à 7:00

Julia Drode sauvée par une greffe de moelle osseuse. Elle est avec son mari et leur fils Théo
Julia Drode sauvée par une greffe de moelle osseuse. Elle est avec son mari et leur fils Théo © Radio France - Julia Drode

Julia Drode, une jeune maman de 32 ans de Rougemont-le-Château dans le Territoire a gagné sa bataille contre la leucémie grâce à une greffe de moelle osseuse. A l'occasion de la dixième semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse, elle a accepté de témoigner pour encourager ces dons qui peuvent chaque année sauver la vie de près de 2000 malades en attente de greffe (rien qu'en France).

Chaque année en France, une soixantaine de malades, dont une dizaine en Franche-Comté ne trouvent pas de donneur compatible. Ils souffrent de maladies graves du sang et sans greffe de moelle osseuse, ils sont malheureusement condamnés. 

En France, il y a 240 000 donneurs. Il en faudrait près de 20 000 de plus

Les donneurs, surnommés aussi "veilleurs de vie", un nom symbolique, sont en France 240 000 dont 5 000 en Franche-Comté. Toutefois, c'est encore insuffisant pour trouver un donneur compatible pour chaque malade. C'est justement le but de cette dixième édition de la semaine de mobilisation pour le don de moelle osseuse. L'objectif est clair: trouver 18 000 donneurs supplémentaires en France, dont 450 en Franche-Comté. 

 

Comment devenir donneur ? 

 

Toute personne en bonne santée et âgée de 18 à 51 ans peut devenir donneur volontaire. Il suffit de répondre à un questionnaire de santé et de faire une prise de sang pour établir sa carte d'identité génétique. 

Actuellement, ce sont surtout les hommes jeunes (de moins de 40 ans) d'origines ethniques diverses qui sont recherchés car ce sont les plus rares.

 

" C'est le démarrage d'une nouvelle vie "

La vie, Julia Drode la doit à une donneuse américaine. Elle ne connait rien d'elle si ce n'est sa nationalité. En 2012, cette jeune maman de Rougemont-le-Château dans le Territoire de Belfort apprend qu'elle souffre d'une leucémie. Pour son mari Nicolas et son fils de deux ans Théo, elle se bat contre la maladie. Pas question de baisser les bras, mais dans ce combat, elle est impuissante. Il lui faut à tout prix une greffe de moëlle osseuse. 

Problème, sa soeur unique est incompatible. Julia se croit condamnée, mais un mois plus tard, la bonne nouvelle tombe: une donneuse aux Etats-Unis correspond à 99% à son identité génétique. La greffe est possible et permet à Julia de reprendre aujourd'hui une vie normale. 

 

Don moëlle osseuse ENRO

En France, il faudrait 18 000 veilleurs de vie de plus pour pallier le manque de donneurs volontaires et sauver plus de vies.