Société

"Je me verse 850 euros par mois", un éleveur de Bouville en Seine-Maritime

Par Claire Briguet-Lamarre, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mardi 26 janvier 2016 à 16:51

Mathieu Douillet à la tête d'un élevage bovin à Bouville en Seine-Maritime
Mathieu Douillet à la tête d'un élevage bovin à Bouville en Seine-Maritime © Radio France - Claire Briguet-Lamarre

La colère des éleveurs touche l'ouest de la France et la Bretagne tout particulièrement mais la grogne se répand et la rallonge de 290 millions d'euros promise par le ministre ne semble pas apaiser le climat. Eleveur : un métier devenu difficile. Exemple à Bouville, en Seine-Maritime.

Une rallonge pour les éleveurs de 290 millions d'euros. C'est ce qu' a annoncé le ministre Stéphane Le Foll pour le plan d'urgence en faveur des agriculteurs. Depuis plusieurs jours, les éleveurs sont en colère contre les prix d'achat de leur production.

Un veau est né cette nuit dans la ferme de Mathieu Douillet - Radio France
Un veau est né cette nuit dans la ferme de Mathieu Douillet © Radio France - Claire Briguet-Lamarre

Des heures de travail en pagaille ...

Mathieu Douillet a repris la ferme de son père il y a cinq ans, depuis il y travaille avec sa mère mais elle va partir en retraite et pas moyen d'embaucher un salarié.  "Il y a une embauche qui peut se crée parce qu'il y a du travail à faire mais le problème est comment la rémunérer et dans toutes les fermes, le problème se pose de la même façon", explique, l'éleveur qui est à la tête d'une exploitation de 180 bêtes.

 Des heures de travail en pagaille

Mathieu Douillet ne compte pourtant pas ses heures. "Je préfère ne pas compter, c'est ce qui me permet de rester optimiste. si on se met à tout compter, on se rend compte qu'on travaille à perte et ça donne envie de devenir salarié de de se tourner vers Pôle emploi"  précise le jeune éleveur. Des cours du lait qui baissent, des charges qui ne diminuent pas et toujours autant de contraintes, ces trois derniers mois Mathieu se verse 850 euros par mois.

Malgré un gros travail, le salaire de Mathieu n'est que de 850 euros par mois - Radio France
Malgré un gros travail, le salaire de Mathieu n'est que de 850 euros par mois © Radio France - Claire Briguet-Lamarre

Des aides trop compliquées

Que pense le jeune éleveur de la rallonge budgétaire annoncée par Stéphane Le Foll ? Il estime que toutes ces aides sont compliquées à obtenir, il faut passer beaucoup de temps à faire de la paperasse.

J'espère que ces aides ne seront pas un nouveau Tchernobyl administratif

Mathieu Douillet reste sceptique sur les nouvelles aides promises aux éleveurs

Partager sur :