Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Je ne peux pas les mettre dehors", la maire de la Talaudière prolonge l'accueil des migrants dans sa piscine municipale

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La maire de la Talaudière (Loire) avait proposé d’accueillir les migrants de la Bourse du Travail de Saint-Etienne jusqu'à ce dimanche. Face à l'absence de solutions alternatives, Ramona Gonzalez-Grail laisse les portes de sa piscine ouvertes "le temps qu'il faudra".

Une cinquantaine de migrants sont logés dans les vestiaires de la piscine de la Talaudière depuis la mi-avril.
Une cinquantaine de migrants sont logés dans les vestiaires de la piscine de la Talaudière depuis la mi-avril. © Radio France - Elena Louazon

La Talaudière, France

"Je ne peux pas les mettre dehors", la maire de la Talaudière prolonge l'accueil des migrants dans sa piscine municipale, au delà de la fin des vacances. Une cinquantaine de familles y vit depuis 10 jours. Des migrants expulsés successivement de la Bourse du travail  puis de l'Université de Saint-Étienne. D'après les associations, il n'y a pas assez de places d’accueil dans le département pour eux. La maire de la Talaudière Ramona Gonzalez-Grail affirme qu'elle ouvrira sa piscine aux migrants "le temps qu'il faudra pour leur trouver une meilleure solution".

Depuis dix jours, Ramona Gonzalez-Grail est en contact avec les maires de l'agglomération stéphanoise pour trouver une solution plus confortable à ces familles :"nous avons bien conscience que les loger dans une piscine n'est pas convenable mais pour l'instant nous n'avons pas d'autres solutions ». Ramona Gonzalez-Grail a également envoyé un courrier à tous les élus de la métropole, "et j'en appelle aussi aux autorités pour régler cette situation", appuie-t-elle.