Société

« Je suis Charlie » : un an après, retour en photo sur la manifestation à Metz

Par Marie Mutricy, France Bleu Lorraine Nord mercredi 6 janvier 2016 à 17:00

Des milliers de personnes se sont rassemblées place Foch à Metz
Des milliers de personnes se sont rassemblées place Foch à Metz © Radio France

Le 7 puis le 9 janvier 2015, 18 personnes meurent dans les attentats contre le journal satirique Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris. Dimanche 11, des millions de Français marchent dans les rues, dont 45 000 à Metz. Revivez les immenses manifestations en photo.

Immense rassemblement, à la fois grave et souriant il y a un an à Metz, en signe de solidarité avec les victimes des attaques terroristes perpétrées à Paris. Pour les manifestants, un slogan : "je suis Charlie". Le même jour, plus de 50.000 manifestants défilent eux aussi dans les rues de Nancy.

C'est souvent la toute première manifestation des enfants :

C'est la première manifestation de certains petits Mosellans, le 11 janvier 2015 - Radio France
C'est la première manifestation de certains petits Mosellans, le 11 janvier 2015 © Radio France
L'arrivée de la manifestation, place de la République à Metz - Radio France
L'arrivée de la manifestation, place de la République à Metz © Radio France

Les footballeurs du FC Metz solidaires

Les footballeurs de du FC Metz et du FC Nantes observent ensemble une minute de silence, derrière une bannière "Je suis Charlie", dimanche 11 janvier 2015, en Ligue 1. 

Jeudi 8 : déjà, le recueillement

Mais les Mosellans n'ont pas attendu la grande marche républicaine pour se recueillir. Déjà, jeudi 8 janvier, ils sont des milliers a observé une minute de silence dans les transports, dans les établissements scolaires, comme ces lycéens, à Thionville :

Des lycéens de Thionville brandissent le slogan "je suis Charlie" - Maxppp
Des lycéens de Thionville brandissent le slogan "je suis Charlie" © Maxppp

Et l'émotion est palpable dans un bus Mettis, au micro France Bleu Lorraine de François Pelleray :

Emmanuel Richard, conductrice de bus - ça a touché toute la France (...) on vit en suspens, on attend que les choses s'arrangent. Et que cela ne puisse plus se reproduire, plus jamais

Recueillement dans le Mettis